Le champion Groupe N ne vise pas que la victoire de catégorie
SPA Depuis qu'il est tout petit, Larry Cols est bercé dans le sport automobile. Normal quand le jardin dans lequel on a grandi (pas trop) est distant de moins d'un kilomètre du jump de la Clémentine et que son papa, Jean-Marie, alias Didi, une ex-vedette des rallyes belges, a été couronné champion de Belgique toutes catégories en 1980 au volant d'une Fiat 131 Abarth.
Même sa soeur Daisy a contracté le virus familial et pilotera une Punto Groupe N dans le championnat national.
Mais sur la cheminée des McRae belges, il manque un trophée. Celui d'une victoire générale dans leur rallye, les Boucles de Spa. " Nul n'est prophète en son pays ", s'exclame le père et plus grand supporter du gamin en cherchant dans ses souvenirs. " J'ai terminé deux ou trois fois deuxième mais je n'ai jamais réussi à gagner cette course. Cela doit être un des seuls rallyes belges manquant à mon palmarès. Je suis passé très près du succès à deux reprises. Mais à chaque fois un incident m'a fait louper le coche. Une année, je suis resté bloqué dans le Gué des Artistes et l'autre j'ai été tassé dans un mur de neige en rattrapant un concurrent hollandais. Et puis, il faut dire qu'à l'époque, il y avait toujours au moins une pointure étrangère. J'ai par exemple été battu par Blomqvist."
Une lacune que le souriant Larry rêve de combler. Vainqueur ici du Groupe N lors de ses deux dernières participations en 1998 et 2000, champion de catégorie en titre, le Spadois imaginait passer à l'échelon supérieur durant l'hiver. Ce qu'il a fait puisqu'il pilotera à partir du Rallye de Catalogne et pour l'intégralité du Championnat du Monde Super 1600 une Peugeot 206 Kit-car officielle. Mais pour ses Boucles, il retrouvera une dernière fois le baquet d'une Mitsubishi Evo6 de chez Guy Colsoul. " J'avais dit après mon sacre que je ne roulerais plus en Groupe N en Belgique. Mais d'un autre côté je tenais absolument à être au départ de mon rallye. Comme je n'ai pas trouvé le budget nécessaire pour louer une WRC et que la Subaru Groupe A de First ne sera pas prête à temps, je n'avais plus tellement le choix."
Avec la complicité du sponsor local Sageco, Cols et sa fidèle équipière Yasmine Gérard se retrouveront donc derrière le volant de cette Lancer n°9 (celle des Colsoul au Monte-Carlo, soit à peine rodée) très jolie dans sa robe vert Lotus. Sans aucune pression et avec des ambitions dépassant le cadre du Grou- pe N. " Je crois que Spa est le seul grand rallye belge où il y a encore moyen de terminer dans le Top5 avec une Production. Surtout avec six passages sur la terre de la Clémentine, ma spéciale préférée. Là, je crois que je peux même aller plus vite que certaines WRC comme la Subaru de David Loix, voire même la Peugeot de Princen qui découvrira le comportement de sa 206 sur la terre. "
En cette fin de semaine, Larry sera également très attentif en écoutant la météo. " Rappelez-vous l'exploit signé par Jean-Claude Probst en 1986, vainqueur du général avec une show-car alors qu'il y avait plusieurs Groupe B au départ. Si le parcours pouvait être recouvert de neige, je suis certain qu'il y a moyen de gagner au scratch. "
De manière plus réaliste, sans attendre de miracle, Cols Jr se prépare à un beau duel avec la Mitsu made by Boon de Chris Van Woensel. " Je dois absolument gagner le Groupe N. Van Woensel découvrira Spa et l'Evo6. J'en fais néanmoins mon plus dangereux rival. Après quelques spéciales de mise en jambes, il sera plus redoutable que Duval l'an dernier car c'est un pilote très régulier, qui ne commet jamais de faute. "
Derrière les quatre WRC de pointe, on se réjouit d'avance d'assister à cette lutte enfin à armes égales.
Mais attention, dans ce combat de chefs, le champion Cols a le plus à perdre.