Moto GP - Doté d'une maturité exceptionnelle malgré son jeune âge, Stoner est en passe d'étriller Rossi

ESTORIL Si le célèbre numéro 46 de Valentino Rossi reste une référence dans les paddocks, le 27 de Casey Stoner ne cesse de monter au Box-office des deux roues au point de bientôt effacer celui de son illustre aîné. Car force est d'admettre que, porté par un bolide dont la vélocité n'a d'égale que la fiabilité, l'élève, en pleine croissance, est sur le point de renvoyer le maître à ses chères études et de lui succéder, un an après Nicky Hayden, au palmarès du Championnat du Monde Moto GP.

Assez curieusement, il y a aujourd'hui sept ans que Rossi débarquait dans la catégorie reine comme un chien dans un jeu de quilles. Le tout fort de deux titres mondiaux conquis en 125 et 250 cc. Deuxième au terme de sa saison de transition, il franchissait le tremplin menant à la gloire dès l'année suivante.

Dans un scénario similaire, Stoner a découvert le gratin des deux roues l'an dernier avec, à la clef, une septième place finale sans le moindre podium.

Depuis, comme un ado qui s'adonne aux devoirs de vacances avec assiduité, le jeune pilote des antipodes (21 ans) a inversé la tendance et a franchement récolté les dividendes de ses efforts en remportant huit victoires en treize courses.

Mieux, le voilà en mesure de décrocher sa première couronne mondiale ce week-end au Portugal. Fort d'un avantage de 85 points sur Rossi et de 103 sur Pedrosa, Stoner pourrait très bien porter le coup de grâce décisif à ses adversaires à l'occasion de ce quatorzième Grand Prix de la saison.

Pour cela, le calcul est simple : il suffit que le pilote officiel Ducati réussisse dimanche à marquer 15 points de plus que Rossi. Et s'il n'y parvient pas, il pourra toujours remettre le couvert à Motegi une semaine plus tard.

En attendant, celui que ses pairs surnommaient Rolling Stoner (NdlR : en raison de ses nombreuses chutes) vit un merveilleux conte qui mérite qu'on s'attarde à son cursus honorum. Né dans une famille passionnée par la moto (NdlR : ses parents ont vendu tous leurs biens en Australie pour accompagner leur rejeton en Europe), le jeune Casey disputa son premier Grand Prix à Donington en 2001. Il remporta ensuite deux victoires en Championnat du Monde 125 cc et cinq en 250 cc avant d'être enrôlé en Moto GP au guidon d'une Honda par Lucio Cecchinello.

Il n'avait jamais été question avant cet hiver qu'il soit incorporé au sein de l'écurie Ducati. Mais comme les négociations du constructeur italien avec Melandri restaient sans lendemain, Livio Suppo, le manager de l'équipe, se retourna vers le prometteur et rapide Australien pour épauler Capirossi. Un choix qui allait s'avérer judicieux. Jugez plutôt.

Au départ de cette saison, on décela une véritable complicité entre les deux Ducatistes. Mais l'élève ne tarda pas à dépasser le maître pourtant transcendé par cinq victoires en Moto GP en 2006 et annoncé comme le grand favori de la saison 2007.

À telle enseigne qu'aujourd'hui, c'est la Ducati 27 de Stoner qui est devenue la référence du plateau Moto GP. Une bien jolie récompense pour le célèbre constructeur transalpin qui a énormément investi pour développer le moteur de cette petite bombe, bien plus puissant que celui de la concurrence !



© La Dernière Heure 2007