Une nouvelle génération de motards doit prendre le relais.

En trente ans, le Dakar a généré des champions qui se sont passé le relais, les plus anciens initiant les plus jeunes, à la manière d’une corporation fraternelle. Tout d’abord, il y eut l’époque Auriol-Neveu, un duel légendaire de sable, de souffrance et de larmes, dans lequel notre Gaston Rahier national vint jouer les trouble-fêtes.

Puis, il y eut la période opposant Eddi Orioli à l’Américain Danny Laporte et au Français Gilles Lalay. Il y eut, ensuite, le règne sans partage de Stéphane Peterhansel et ses six victoires record. Fabrizio Meoni, Richard Sainct et Nani Roma furent, eux aussi, autant de grands champions mémorables de talent et de charisme qui, pour les deux premiers, succombèrent à leur passion sur la piste.

Marc Coma et Cyril Despres étaient les deux dernières figures emblématiques de la discipline. Depuis le retrait de Despres, parti exercer ses talents sur quatre roues chez Peugeot et, plus récemment, la reconversion de Coma comme directeur sportif et nouveau traceur du Dakar, la catégorie a donc perdu, coup sur coup, ses deux dernières icônes. Dix victoires à eux deux et un partage de faux frères s’étant trop affrontés pour pouvoir se respecter un jour.

Ce Dakar 2016 s’annonce donc plus ouvert que jamais en catégorie moto où la succession des deux derniers grands champions de la discipline paraît indécise… Tout comme ces six dernières années, deux écuries officielles s’affrontent et, cette fois, Honda semble avoir l’avantage de l’expérience. Avec le Portugais Paulo Gonçalves et l’Espagnol Joan Barreda, la firme japonaise détient sans doute les maîtres atouts. Mais encore faudra-t-il que la mécanique tienne la distance et que les pilotes confirment leurs talents respectifs. L’endurance et la vitesse pour le petit Lusitanien classé deuxième derrière Coma l’an dernier. La fougue et la maestria pour le grand Catalan.

Pilote prodigieux, Joan Barreda nous paraît intrinsèquement le plus rapide du plateau. Encore faudra-t-il qu’il évite l’erreur fatale qui, trop souvent, lui a coûté la victoire finale, s’il veut être celui qui offrira une nouvelle victoire à Honda, 27 ans après celle du Français Gilles Lalay.

Du côté de KTM, la marque autrichienne victorieuse les… 14 dernières années, l’après Marc Coma était portée par un trio talentueux. Mais si Sam Sunderland nous paraissait le mieux armé pour succéder au quintuple vainqueur de l’épreuve, le Britannique domicilié à Dubaï, pourtant vainqueur au Maroc, a dû jeter l’éponge après une vilaine chute et un fémur cassé lors du Merzouga Rally, fin octobre.

Tout le poids des responsabilités de la marque autrichienne pèsera donc sur les épaules de l’Australien Toby Price et sur celles de l’Autrichien Matthias Walkner. Fougueux et très rapide, Price, élu meilleur rookie l’an dernier, a impressionné tous les observateurs tandis que, dans le milieu, on dit le plus grand bien du jeune Autrichien. Encore faudra-t-il que ces deux-là, encadrés par le Portugais Ruben Faria et l’Espagnol Jordi Viladoms, supportent la pression face à des adversaires désormais bien rôdés et que le temps a porté à maturité…

Restent les outsiders que sont le Français Olivier Pain, enfin libéré de ses obligations chez Yamaha qui se relance au guidon d’une KTM privée. Attention également au Chilien Pablo Quintantilla (Husqvarna), digne successeur de ‘Chaleco’ Lopes et du Slovaque Stefan Svitko (KTM), eux aussi capables de venir titiller la tête de course…


Seize Belges au départ du Dakar

Seize concurrents belges seulement prendront part au Dakar 2016. C'est le plus petit nombre de compatriotes présents au départ du célèbre rallye-raid depuis sa création. Ces dernières années, aucun motard belge n'avait réussi à rejoindre l'arrivée finale du Dakar et pour la première fois depuis longtemps il n'y aura même pas un de nos compatriotes au départ en motos.

En autos aussi, la délégation noir-jaune-rouge sera bien maigre. Aucun pilote belge n'est inscrit et la seule présence sera constituée de deux co-pilotes: Tom Colsoul et François-Xavier Beguin.

C'est, comme traditionnelement, à bord des camions que l'on retrouvera le plus de concurrents belges, quatorze pour être précis. Serge Bruynkens et Jan Van der Vaet partageront leur camion avec le Néerlandais Hans Stacey. Peter Willemsen montera à nouveau à bord du truck de Martin van den Brink. Noël Essers, 72 ans, sera l'aîné de la délégation, tandis que Charly Gotlib, qui en sera à sa 27e participation, en sera le plus expérimenté.

Liste des engagés belges au départ du Dakar 2016:

MOTOS

-----

Pas de Belge

AUTOS

-----

N. 311: Bernhard Ten Brinke (P-B) - Tom Colsoul (Bel) sur Toyota HiLux

N. 341: Patrick Sireyjol (Fra) - François-Xavier Beguin (Bel) sur Toyota HiLux

CAMIONS

-------

N. 506: Hans Stacey (P-B) - Serge Bruynkens (Bel) - Jan Van der Vaet (Bel) sur MAN

N. 509: Martin van den Brink (P-B) - Rijk Mouw (P-B) - Peter Willemsen (Bel) sur Renault

N. 517: Steven Rotsaert (Bel) - Dirk Den Dooven (Bel) - Christian Joeri (Bel) sur MAN

N. 521: Albert Llovera (Esp) - Charly Gotlib (Bel) - Jaromir Martinek (Tch) sur Tatra

N. 536: Dave Ingels (Bel) - Benny Raes (Bel) - Benjamin Maillet (Fra) sur MAN

N. 546: Noël Essers (Bel) - Johan Cooninx (Bel) - Marc Lauwers (Bel) sur MAN

N. 555: Paul Verheyden (Bel) - Sean Berriman (AfS) - Kurt Keysers (Bel) sur DAF