S'ils veulent avoir une chance de coiffer Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel sur le fil, Sébastien Loeb et Fabian Lurquin n'ont plus le choix : ils doivent attaquer autant que possible. Le duo franco-belge a livré une prestation cinq étoiles sur la 7e spéciale du Dakar 2022 ralliant Riyadh à Al Dawadimi. Le duo du BRX Hunter n°211 a pris le dessus sur l'équipage du Toyota Hilux au km220 pour ensuite progressivement creuser l'écart. A l'arrivée, Seb et Fabian possèdent pas moins de 5 minutes et 26 secondes d'avance sur les leaders du rallye-raid. Certes, il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour l'équipage-phare de Prodrive mais tout reste possible dans le finish final de Djeddah n'est pas passé.

Les Audi RSQ e-tron ont une fois de plus animé l'étape où Mattias Ekström et Carlos Sainz ont pointé en tête lors de la première partie de la journée. Finalement, le Madrilène complète le podium du jour, à 7 minutes de Loeb. Son équipier Stéphane Peterhansel est 4ème à près de 10 minutes. Perdant le podium au classement cumulé au profit de Loeb, Yazeed Al Rahji (Toyota) complète le quinté de tête devant ses équipiers Bernhard Ten Brinke et Lucio Alvarez. Suivent Ekström et Nani Roma (BRX).

En motos, Nacho Cornejo (Honda) remporte la spéciale du jour et rentre dans le Top 10. "Cette victoire me donne un coup de fouet psychologique", admet-il. Adrien Van Beveren (Yamaha) est leader au cumul devant Matthias Walkner (KTM) et Kevin Benavides (KTM), à 5 minutes. 38ème de l'ES7, le Liégeois Jérôme Martiny (Husqvarna) est 35ème du cumulé.

Au classement cumulé, Al-Attiyah est toujours leader mais Loeb revient à 44 minutes. Al Rahji rétrograde en 3ème position, à 53 minutes. Alvarez est 4ème à 1h15 tandis que Kuba Przygonski (Mini) est 5ème à 1h30. Demain, cap sur Wadi Ad Dawasir avec 830km à avaler, dont 395 contre le chrono. Il faut se préparer à vivre une journée interminable, car de longues liaisons vont s’ajouter à un menu de sable très copieux dans cette transhumance vers le sud saoudien. On ne verra que du sable et des dunes durant les 200 premiers kilomètres de spéciale, sautant sans cesse d’une vallée à une autre. Les paysages changeront en fin de journée… voire en soirée ou dans la nuit car le niveau de difficulté de l’étape retardera de nombreux concurrents.