L'ensemble des concurrents profitera dimanche d'une journée de repos à Salta.

L'Espagnol Carlos Sainz (Peugeot) a remporté samedi la 7e étape du Dakar, 817 kilomètres entre Uyuni, en Bolivie, et Salta, en Argentine, devant son coéquipier Sébastien Loeb, qui reprend les commandes du classement général, dans une journée endeuillée par la mort d'un spectateur.

Sainz s'est imposé au terme des 336 kilomètres chronométrés avec 38 sec d'avance sur Loeb et 3 min 22 sec sur le Qatari Nasser Al-Attiyah (Mini). L'Espagnol permet à Peugeot, qui signe un nouveau doublé, de remporter une 6e victoire d'étape consécutive lors de cette 38e édition du Dakar.

Au classement général, Loeb repasse en tête, 2 min 22 sec devant Stéphane Peterhansel, 4e de l'étape samedi (à 3 min 27 sec), et 4 min 50 sec devant Sainz, pour un podium toujours 100% Peugeot.

La journée a été marquée par le décès d'un homme de 63 ans, percuté par la voiture pilotée par le Français Lionel Baud, alors qu'il se trouvait isolé sur la piste, au niveau du kilomètre 82 de la spéciale.


Moto: première victoire pour Antoine Meo

Le Français Antoine Meo, le quintuple champion du monde d'enduro qui découvre le Dakar, a remporté sa première victoire lors de la 7e étape samedi, 817 km entre Uyuni, en Bolivie, et Salta, en Argentine, au terme d'une spéciale raccourcie en raison des conditions météo.

Meo, âgé de 31 ans, s'est imposé en 2 h 27 min 27 sec devant l'Argentin Kevin Benavides (Honda), à 1 min 53 sec. La troisième place devrait revenir au Portugais Paulo Goncalves (Honda): relégué à 12 min 57 sec, il devrait être crédité de 10 min 53 sec pour avoir porté assistance à l'Autrichien Matthias Walkner, victime d'une fracture du fémur.

Dans ces conditions, Goncalves devrait conforter son avance en tête du classement général, devant les deux KTM de l'Australien Toby Price et du Slovaque Stefan Svitko. Meo, le Français le mieux classé, pointe lui en cinquième position.

La spéciale du jour comportait initialement 336 kilomètres, répartis en deux secteurs chronométrés. La direction de course a décidé d'arrêter les temps des motards au bout de la première portion (230 km), après avoir interrompu la course à la suite de violents orages ayant dégradé le terrain de la deuxième partie de la spéciale, peu après la frontière argentine.

Cette décision a été prise notamment à la suite de la soudaine montée du niveau de l'eau dans un rio à hauteur du kilomètre 350 de l'étape.