Moteurs Honda (avec Jenson Button), Lexus et Nissan invités à la finale du DTM à Hockenheim
C'est sous une pluie battante que se sont disputés, ce vendredi à Hockenheim, les premiers essais libres en vue de la grande finale du DTM. Deux ultimes manches sans véritable enjeu ce week-end, le couronnement, pour la seconde année consécutive, du pilote Audi René Rast (Team Rosberg) ne devant plus être qu'une formalité face à l'autre RS5 du team Abt de Nico Mueller.
Outre une bagarre pour l'honneur sur une piste détrempée entre les Audi et BMW M4, le principal attrait de ces derniers tours de manège vient de la présence, pour la première fois, des trois principales marques japonaises animant le championnat Super GT500. Avec une Honda NSX (la N°1 du team Kunimitsu) au volant de laquelle on retrouve l'ancien champion du monde Jenson Button, la Nissan GTR500 engagée par le représentant de l'usine Nismo pour le duo Ronnie Quintarelli et Tsugio Matsuda et la Lexus toute aussi officielle alignée par Tom's pour Nick Cassidy et Ryo Hirakawa qui disputeront donc une manche chacun et se partageront le temps de piste ce qui n'est bien sûr pas idéal.
D'autant que ce vendredi, deux des trois "Japonaises" ont déjà perdu pas mal de temps en échouant très vite dans le bac dans le virage "Vettel", (le long droite du Stadium) là où le héros allemand, surpris en slicks sous la pluie, avait perdu le contrôle de sa Ferrari et le GP d'Allemagne 2018.
C'est la première fois de l'histoire du DTM que six constructeurs participeront à une course. Et, dans le même état d'esprit et une volonté de voir les deux championnats se rapprocher, Audi, BMW et Aston Martin enverront des représentants, fin novembre à Fuji, pour la finale du Super GT 500 baptisée "Dream Race" avec notamment Kamui Kobayashi engagé sur une BMW M4 DTM!
Il faudra toutefois songer, dans l'optique d'un avenir commun, à rééquilibrer les débats car les Super GT sont clairement moins véloces et occupaient à l'issue de la première session libre sur piste détrempée les 16e (Button à 2.6 du meilleur temps de la BMW de Timo Glock), avant-dernier et 20e et dernier chronos, l'Audi WRT de Pietro Fittipaldi n'ayant pas participé à la séance.