Avec cinq marques pour la victoire et 66 équipages au départ

FRANCORCHAMPS Avant de faire la queue, demain, devant les bureaux de vote, les spectateurs devraient se bousculer, ce samedi, dans notre belle Ardenne, pour assister à l'inauguration grand public du circuit de Francorchamps relooké. Même si la météo est incertaine, ce qui pourrait apporter un piment supplémentaire aux différen- tes courses, les organisateurs attendent entre 20.000 et 30.000 personnes pour la première grande course officielle empruntant la nouvelle chicane et utilisant une partie des infrastructures exigées par la F1.

Des 12 H de Spa qui, en trois éditions à peine, sont déjà devenues un des musts de la saison automobile. Une distance idéale, où l'on ne don- ne aucun répit aux hommes et aux machines, même s'il faudra être courageux ou fort passionné pour applaudir le vainqueur demain à 2 h du matin !

Épreuve phare des Belgian Touring Car Series pour la première fois uniquement réservée aux voitures de Tourisme, le tour d'horloge spadois promet à bien des égards. Sans atteindre bien évidemment la notoriété et l'aura internationale des grandes 24 H, les 12 H c'est d'abord une grande fête belge : avec l'entrée gratuite pour tous et des animations dans le paddock pour les plus petits. Avec 66 équipages au départ, ce sont plus de 200 pilotes, la plupart amateurs, qui vont défier le chronomètre durant une douzaine d'heures. Mais il y aura aussi quelques noms bien connus du sport automobile belge tels Marc Duez, Kurt Mollekens, Fred Bouvy, Vincent Vosse, Maxime Soulet, Jean-Pierre Van de Wauwer, Vincent Radermecker ou Jean-François Hemroulle. Sans ou- blier le chanteur David Hallyday, sympa comme tout. En espérant cette fois qu'il croise le drapeau à damiers...

Et puis, surtout, il y a les voitures. Impressionnantes et bruyantes Silhouette, des châssis tubulaires avec de spectaculaires carrosseries d'Audi A4, Jaguar X-Type, BMW M3, Renault Mégane, Peugeot 407 ou 406 et Opel Astra. Des monstres de 400 chevaux ou plus faisant d'énormes flammes à la décélération et dont les vrombissements rageurs résonnent à plusieurs kilomètres à la ronde. Des bolides uniques comme vous n'en verrez jamais au carrefour près de chez vous.

Enfin, il y a l'intérêt sportif avec une belle bagarre attendue pour la victoire. Sur le papier, ils sont dix équipages, représentant cinq marques, à viser le podium. De manière plus réaliste, en limitant les Renault Trading Performance et les deux Peugeot aux rôles d'outsiders, ils sont vraiment six à pouvoir l'emporter : la Jaguar de J. Thiry-Radermecker-Duez, victorieuse de l'édition 2006, l'Audi d'Hemroulle-Verbergt, la BMW de Van Bellingen-Coens-Maes et les trois Renault : les deux Delahaye de Bouvy-Vosse-Franchi et Mollekens-Defourny-Chouvel plus la Thierry Boutsen Racing d'Horion-Dermont-Kuppens. De quoi, on l'espère, nous garantir un beau suspense durant 721 minutes.



© La Dernière Heure 2007