Incroyable mais vrai, le Brésilien, âgé de 26 ans, souffre d'une simple commotion cérébrale

FRANCORCHAMPS Au quatrième tour de ce Grand Prix de Belgique émaillé par plusieurs incidents de départ, subitement, c'est une vision d'horreur. En lutte avec la Jaguar d'Eddie Irvine, la Prost du Brésilien Luciano Burti déjà auteur d'un soleil au départ à Hockenheim file tout droit dans l'herbe et va s'engouffrer sous l'épais duvet de pneus protégeant les rails de sécurité. Au ralenti, l'image de l'accident est encore plus terrifiante. Attaquant le premier gauche de Blanchimont à la corde, Luciano Burti se fait tasser dans l'herbe par la F 1 de son ancien équipier. En se rabattant, la Jaguar arrache l'aileron avant de la Prost et endommage sa suspension avant droit. Devenue inconduisible, la monoplace bleue tire tout droit. Une fraction de seconde plus tard, le choc est terrible: l'homme et sa machine disparaissent sous les ballots de pneus, tandis qu'un peu plus loin, parti en tête-à-queue, la Jaguar d'Irvine s'immobilise dans le bac à graviers. Accouru en même temps que les premiers commissaires de piste, l'Irlandais se précipite, soulève les rangées de pneumatiques boulonnés les uns aux autres afin de dégager le pilote brésilien. Au bout de plusieurs minutes, tandis que la course a été arrêtée, c'est une grue qui dégage finalement l'épave. Burti, pris au piège, gît inanimé dans une cellule de survie étonnamment restée intacte. Derrière des draps et des couvertures souvent annonciateurs de mauvaises nouvelles, l'équipe de désincarcération officie avec efficacité. Quelques instants plus tard, l'ambulance se met en route pour l'antenne chirurgicale située non loin de là

Rentré au paddock, Eddie Irvine confirme les premiers bilans optimistes: `Luciano est conscient, je suis vraiment heureux qu'il s'en sorte.´ L'Irlandais, connu pour son style de conduite plutôt viril, y va aussitôt de son explication: `J'ai pris Blanchimont sur la trajectoire habituelle, je savais que Luciano était derrière moi mais j'ignorais qu'il était resté à la corde, lorsque nous nous sommes heurtés, j'ai été transformé en passager. Luciano a frappé tellement fort que je suis soulagé qu'il s'en sorte Car lorsque je l'ai vu coincé sous les pneus, j'ai eu peur. Heureusement les supports latéraux l'ont protégé car sa tête était compressée sous le poids des pneumatiques.´
C'est un rien plus agacé que le pilote jaguar parlera de simple fait de course. `Il y a une réunion des commissaires après la course, je ne tiens vraiment pas à en dire plus. Laissons-les juger de ce qui s'est passé.´
Quelques instants plus tard, le premier communiqué officiel annonce que Luciano Burti est bien conscient. Victime d'une simple commotion cérébrale, le pilote brésilien a été transporté à l'hôpital universitaire du Sart-Tilman pour y subir des examens plus approfondis. On y décèlera un double hématome crânien mais sans complication. `Il devra sans doute rester un minimum de 48h en observation´, explique Pierre Baleydier, l'ostéopathe de l'écurie Prost. `C'est un miracle qu'il n'ait aucune lésion sérieuse. Aux dernières nouvelles, il serait sérieusement choqué, c'est pourquoi cela m'étonnerait qu'il soit au départ, dans quinze jours, à Monza.´
Nettement moins disert, Alain Prost, lui, a quitté le circuit dans le plus grand mutisme au terme d'un week-end qui s'acheva en queue de poisson. Refusant de parler de l'accident de son pilote, le Professeur lâchera néanmoins quelques mots au sujet de la contrariété ayant frappé Heinz-Harald Frentzen lors du premier tour de mise en grille. `C'est un problème technique qui a provoqué l'arrêt du moteur de Frentzen. Le pilote n'y est pour rien. C'est dommage car ce week-end avait bien démarré pour nous´