Le 30e sera corsé avec 80 % de sable et d'infernales étapes marathon...

PARIS Avec mille cinq cents kilomètres d'étapes spéciales en plus que l'année dernière, le Dakar, dont l'édition 2008 a été présentée hier à Paris, semble revenir à de véritables valeurs. Et ceux qui, en 2007, ne retrouvaient pas dans le parcours tracé par ASO les standards de cette épreuve hors du commun, pourront, semble-t-il, cette fois, s'en donner à coeur joie. Et même si, un peu plus chaque année, le Dakar paraît s'ensabler dans la démesure tout en faisant face à des problèmes géopolitiques quant au choix de son parcours, c'est une fois encore avec enthousiasme que les quelque 570 équipages engagés s'élanceront de Lisbonne, le 5 janvier prochain en direction de la capitale sénégalaise.

Le Portugal, le Maroc, la Mauritanie et puis le Sénégal : repoussé un peu plus à l'ouest au fur et à mesure que les extrémismes et l'insécurité gangrènent le coeur du Sahara tant en Algérie, au Niger qu'au Mali, le Dakar a néanmoins choisi de répondre à la critique en offrant, pour sa 30e, une édition anniversaire digne de ce nom.

Et si le Maroc offrira ses pièges habituels pour des ténors dont le rythme n'a cessé de grimper ces derniers mois, mais aussi pour les novices dont la seule bonne volonté ne suffira pas à entretenir les rêves et les illusions qui risquent fort de se fracasser sur les contreforts de l'Atlas, c'est bien évidemment en Mauritanie que se jouera la principale partition.

L'erg... Mitsubishi

Sept jours, six étapes. Au départ de Smara et jusqu'à la boucle de Kiffa avant l'entrée au Sénégal par Saint-Louis la 'bucolique', les hommes et les machines risquent de souffrir le martyre. Notamment à la veille de la journée de repos, malheureusement organisée sur le dépotoir de la capitale, Nouakchott. Plus de 1.400 kilomètres, dont 1.031 en spéciale, à avaler sans assistance : du jamais vu ces dernières années !

Restera ensuite à remonter direction Nouadhibou via le fameux erg... Mitsubishi. Le Dakar n'y avait plus mis les roues depuis 1994, l'année où seules les Mitsu avaient réussi à franchir, mais hors délais, l'erg placé sur le roadbook. A l'époque, les Citroën avaient préféré contourner l'obstacle, quant à Bruno Saby, Jean-Pierre Fontenay et les leurs, ils étaient arrivés hors délais, mais avec les honneurs...

Troisième morceau de bravoure : Atar-Kiffa avec escale sans assistance à Tidjikja : un doux mélange de sable plus mou que nature et de cailloux aiguisés, friands de pneus à percer. Rappelez-vous, c'est exactement dans ce petit coin d'enfer sur terre que le Dakar s'est joué l'an dernier...