Quatrième à quasiment une minute, le pilote Kronos fait tampon

AJACCIO Comme au Rallye de Catalogne, il était évident dès la première spéciale que François Duval, 5e chrono à 8 secondes, ne pourrait rééditer en Corse son exploit du Rallye d'Allemagne. Pire même, sa course aurait pu très bien s'arrêter après quelques kilomètres seulement : "Dans un virage à gauche, il y avait à 50 cm du bord de la route une grosse pierre sortie par le concurrent précédent certainement. Impossible de l'éviter. Heureusement, je ne l'ai pas prise avec la roue ou sur le protège-carter sinon c'était fini. Elle a déchiré le plancher et aurait pu me casser le pied..."

À mi-journée, avec son habit de lumière d'un jaune toujours aussi éclatant, le pilote Kronos n'était pas totalement satisfait de sa monture : "Nous allons devoir assouplir les suspensions. La voiture manque de précision et ce que nous devrions pouvoir prendre à fond, nous ne pouvons pas le faire. Par ailleurs, mes notes sont quand même souvent un peu pessimistes. Il y a des secondes à aller chercher."

Par la suite, l'amélioration n'était pas manifeste même si François, très décontracté, se maintenait juste derrière le trio de tête : "C'était mieux, la voiture était plus précise. Mais les pneus ne vont pas trop bien. Nous avons eu les mêmes que Sordo, et pas ceux dont a disposé Loeb aujourd'hui et qui équipent aussi les Ford et les Subaru. C'est une évolution précédente et ils vont bien mieux. Il n'y en avait pas pour nous."

Même si l'écart entre le leader et François était quasiment d'une minute, Marc Van Dalen restait positif : "Le profil des spéciales de ce premier jour était moins favorable à la Xsara. Elle est moins à l'aise sur le rapide bosselé que sur les portions sinueuses et polluées qui nous attendent demain. La deuxième étape nous réserve bien des surprises, j'en suis certain. J'y crois."



© La Dernière Heure 2007