Fabian Lurquin et son pilote, le Français Mathieu Serradori (Century) ont signé la surprise du jour en prenant la 4e place de la 2e étape du Dakar lundi en Arabie Saoudite.

Sixième la veille, le duo s'est offert un parcours sans faute entre Al Wahj et la cité futuriste de Neom pour pointer à la quatrième place aussi classement général, à 7:22 du leader, profitant des difficultés de navigation et crevaisons de plusieurs rivaux.

"L'étape a été très difficile, je ne sais pas si sera la plus dure de ce Dakar", a commenté Fabian Lurquin, arrivé à 9:39 du Sud-Africain Giniel De Villiers, vainqueur lundi. "La communication dans la voiture est très importante. On roule à deux, on navigue à deux. Je crois que sur le plan de la navigation, on a du perdre quatre minutes, mais en comparaison avec d'autres concurrents, c'est vraiment très peu. Nous sommes très contents, mais nous n'en sommes qu'à la deuxième étape".

Mardi, la troisième étape emmènera les pilotes sur une boucle de 489 km autour de Neom, dans le nord de l'Arabie saoudite. "L'étape sera comparable à celle d'aujourd'hui (lundi, ndlr) et on va faire la connaissance avec la vraie partie du désert et de véritables dunes nous attendent".

Pour Mathieu Serradori, l'aventure commence bien pour son deuxième Dakar. Le Français avait été contraint à l'abandon lors de la 4e étape l'an dernier.