"Enfin", peuvent souffler les tifosi et a fortiori les fans de sport automobile du monde entier. La dernière fois qu'on a vu des Ferrari aux 24 Heures du Mans avec une chance de l'emporter au classement général, c'était à la fin des années 90 avec la barquette 333SP. Et encore, la belle Italienne que nos compatriotes Eric Van de Poele et Didier Theys ont notamment dompté était engagée par des privés. Il faut en effet remonter à 1973 et l'époque des 312PB pour trouver trace d'une machine au cheval cabré engagée directement par Maranello.

Le 24 février 2021 est à marquer d'une pierre... rouge pour le monde de l'endurance puisque Ferrari a confirmé son implication en LMH à compter de 2023 ! Après Toyota, Peugeot, Porsche et Audi, voilà un cinquième constructeur de renommée mondiale qui s'implique dans la catégorie pour jouer la victoire au classement général dans la Sarthe. Comme Toyota et Peugeot, les Italiens se reposeront sur la réglementation Hypercar qui leur permettra de concevoir leur bébé de A à Z.

D'après ce qu'on comprend, l'intégralité du WEC 2023 est au menu. Le programme d'essais, le nom de la voiture ainsi que ses pilotes demeurent pour l'instant inconnus. On ne sait également pas si Ferrari s'engagera avec sa propre structure ou si elle se reposera sur une écurie-satellite comme cela pourrait être le cas avec AF Corse. Mais, preuve du caractère très officiel du projet, John Elkann, président de Ferrari, a pris officiellement la parole pour donner sa bénédiction.

"En plus de 70 ans de course, sur les circuits du monde entier, nous avons mené nos voitures à roues carénées à la victoire en explorant des solutions technologiques de pointe : des innovations qui découlent de la piste et rendent chaque voiture de route produite à Maranello extraordinaire, indique le successeur de Sergio Marchionne. "Avec le nouveau programme Le Mans Hypercar, Ferrari affirme une fois de plus son engagement en compétition automobile et sa détermination à être un protagoniste des grands événements mondiaux du sport automobile."

Gageons que Ferrari ne fera pas dans la dentelle pour son retour au sommet de l'endurance. Vivement le centenaire de la classique mancelle, on vous le dit !