Déjà une quinzaine d'engagés pour la 3e saison de la Fiesta Sprint Cup belge. Avec les Hollandais en prime, spectacle garanti!

L'air de rien, la Ford Fiesta Sprint Cup va déjà entamer sa troisième saison. Et a plutôt séduit les pilotes et les spectateurs lors de deux premières éditions très disputées et remportées par Kenny Herremans puis David De Saeger qui ne pourra pas remettre, hélas, son titre en jeu.

Alors que la Belgique fait plutôt aujourd'hui la part belle aux épreuves d'endurance où les pilotes se partagent le volant et les coûts, tandis que le très onéreux TCR Benelux n'existe plus que comme sous-catégorie du TCR Europe, la formule de promotion mise sur pied par Ford propose, pour des budgets attractifs, une mise à l'étrier de la course automobile avec des sprints souvent très intenses.

Certes les voitures sont proches de l'origine, mais elles restent néanmoins assez performantes pour apprendre le métier et s'amuser avec des bagarres portière contre portière comme à la glorieuse époque de la Ford Mexico ou de la Clio Cup disparue de nos contrées. Ici c'est souvent le pilote seul qui fait la différence, pas le team (la préparation est minimaliste et le règlement très strict), la stratégie ou l'homogénéité de l'équipage. Le budget requis pour une saison complète au sein d'un team est de l'ordre de 32.000 euros pour 6 meetings (3 en Belgique dont deux fois Francorchamps et trois aux Pays-Bas) et douze courses de 30 minutes. Soit moins de 3000 euros la course, casse non comprise. Mais vous pouvez encore faire bien baisser la facture si comme Tomas Debacker, ex-finaliste du volant Clio remporté à l'époque par Régis Gosselin, vous achetez et préparez votre voiture vous-mêmes et venez au circuit avec une remorque et quelques amis mécanos bénévoles.

Pas étonnant dès lors que la Fiesta Sprint Cup rencontre son petit succès auprès des jeunes Belges mais aussi Néerlandais, la compétition étant devenue un véritable championnat du Benelux (avec toujours deux classements distincts, mais aussi un classement Dutch Belgian Super Star Challenge regroupant les pilotes de toutes nationalités). Comme l'an dernier, les cinq premières lignes de la grille de départ seront composées d'une file de concurrents belges et l'autre de néerlandais. Et les nôtres ont bien décidés à enrayer la suprématie affichée les deux premières années par nos voisins d'outre-Moerdijck.

A l'heure actuelle, une quinzaine de pilotes de chez nous est annoncée. Avec Kenny Herremans parmi les favoris au sein du team Lagrange où le champion 2018 fera équipe avec Mathieu Eloy. Ses principaux opposants devraient être le champion Belcar en titre Dylan Derdaele (Belgium Racing avec le "vétéran" Philippe Huart et un pilote encore à désigner) mais aussi l'ex-pilote TCR Benelux Mathieu Detry au sein de la formation EJ Automotive de Jurgen Evers qui alignera deux autres Fiesta dont l'une pour Kristof Kox.

Parmi les plus jeunes, il faudra aussi surveiller les "fils de". A commencer par Nathan Vanspringel remettant son titre Junior en jeu avec la concession familiale Vanspringel Automobiles (une seule auto cette année), Tom Feyaerts (FordStore Feyaerts), Ruben Valckenaere (Team Floral) ou Jens Verbergt (fils de l'ex-champion Procar Tim) qui doit encore choisir son équipe.

Alexander Borgmans et Maxim De Witte (Alnimax Racing) ainsi que l'un ou l'autre Polonais issus de la la Kia Cup Pologne (qui disparait) grossiront encore le peloton belge. Avec les Néerlandais, l'essaim de Fiesta attendu à Zandvoort, Assen, Zolder ou Francorchamps devrait atteindre les 30 "abeilles". Un bon chiffre par les temps qui courent, surtout pour des épreuves de sprint.

Contact et infos: Koen Wijckmans à koen@fordfiestacup.nl