Le pilote Citroën remonté de la 5e à la 1re place. Suspension cassée pour Grönholm, 2e à 22 s

OLBIA Si le nom du leader provisoire à la lecture du classement de ce matin ne surprendra personne, il faut bien avouer que peu de suiveurs auraient pourtant parié sur la 1re place de Sébastien Loeb hier midi.

Contraint à ouvrir la route, et donc à balayer la trajectoire pour ses rivaux, le pilote de la Citroën C4 ne pointait, en effet, qu'au 5e rang à l'issue de la première boucle de 3 spéciales.

Pour la première fois cette année, le début de course nous offrait un scénario original avec le premier scratch propulsant le pilote de la Focus privée (ah, si François Duval pouvait piloter une Ford !) Jari-Matti Lat- vala en tête de l'épreuve. Une première dans la carrière du jeune Finlandais. Bien aidé, certes, par sa 7e place sur la route, le pilote Stobart conserva l'avantage durant une demi-étape. Avant que le rêve ne tour- ne au cauchemar, roue arrachée dans l'ES5.

Son compatriote Marcus Grönholm hérita alors du leadership sur la Focus usine. Mais une suspension cassée lui fit perdre pas mal de temps dans la dernière spéciale du jour. De quoi transformer en deux tronçons à peine une avance de 15 secondes en un retard de 22 secondes. Et au vu de la forme affichée par Loeb, auteur de trois des six meil- leurs temps vendredi alors qu'il nettoyait, on voit mal comment le Nordique pourrait inverser la tendance au cours du week-end.

Alors qu'ils avaient assisté enthousiastes à un départ tonitruant, avec trois Ford aux avant-postes et un Loeb seulement cinquième (à 10 s) lors de la pause midi, les amateurs de suspense se sont couchés avec la triste impression que les carottes étaient de nouveau cuites.

Aussi talentueux que chanceux (les deux vont souvent de pair), l'Alsacien semblait, en effet, déjà s'envoler vers sa 33e victoire, sa 4e consécutive sur la terre, après avoir frappé fort dans l'ES5 où il repoussait ses plus proches poursuivants (les 2 Ford officielles) à 12 secondes.

Derrière, seul les Fordistes Hirvonen, parti sur un mode mineur contrairement à ce qu'il avait annoncé, et Henning Solberg s'accrochaient en ne concédant environ qu'une demi-minute. Pénalisé à la sortie du parc de la mi-journée suite à des problèmes de freins lui faisant perder encore beaucoup de temps dans l'après-midi, Petter Solberg accusait déjà lui un retard de plus d'une minute vingt l'obligeant de se contenter de la lutte pour la 5e place face à Sordo (C4). C'était pire encore pour son équipier Chris Atkinson (copiloté par le Hutois Stéphane Prévot), contraint à l'abandon dans l'ES5 après avoir tapé une pierre. Une fois encore, les Bleus n'auront pas concrétisé tous les espoirs placés en eux et Solberg risque de ne pas monter sur le podium final.



© La Dernière Heure 2007