"C'était ma volonté de rester et cela n'a pas marché", a écrit le pilote de Mercedes lundi sur les réseaux sociaux. Parti en onzième position sur la grille à cause d'une pénalité de dix places pour un changement de moteur, Hamilton était remonté à la 3e place. Au 42e tour, le Britannique a refusé de rentrer aux stands pour changer ses pneus avant de finalement céder aux demandes de son écurie dans le 51e tour, perdant ainsi sa place sur le podium et terminant à la 5e place.

Après la course, le septuple champion du monde ne pouvait cacher sa frustration lors des échanges radios avec son écurie. Lundi, Hamilton est revenu sur cet incident sur les réseaux sociaux et a éteint l'incendie.

""C'était ma volonté de rester et cela n'a pas marché. Nous avons finalement opté pour le retour aux stands et c'était la chose la plus sûre à faire", a reconnu Hamilton. "Nous perdons et nous gagnons en équipe. N'attendez pas de moi que je sois poli et calme à la radio quand je suis en course. Nous sommes tous très passionnés et cette passion peut ressurgir dans le feu de l'action."

"Je mets tout mon cœur et mon esprit lorsque je suis sur la piste mais chaque moment de colère est vite oublié. Nous en avons parlé et sommes déjà tournés vers la prochaine course. Aujourd'hui est un autre jour pour grandir en tant qu'équipe."

Lewis Hamilton a perdu dimanche sa place de leader au classement du championnat du monde au détriment du Néerlandais Max Verstappen. Le Britannique compte 256,5 points, soit six de moins que Verstappen (262,5).