1. GP d'Australie: la spectaculaire envolée des frères Schumacher

Olivier de Wilde
1. GP d'Australie: la spectaculaire envolée des frères Schumacher
©EPA

Le vol plané de Ralf a favorisé l'envol et le 54e succès de son frère

Les photos du Grand Prix: la F1 s'est envoyée en l'air !
© EPA


MELBOURNE Ceux qui se sont levés tôt ou couchés très tard dimanche n'auront pas regretté d'avoir allumé leur poste en pleine nuit pour assister, à 4h du mat', au décollage de la saison 2002 et de... Ralf Schumacher, surpris par un Barrichello zigzaguant pour défendre sa position face aux Schumi.

Des images saisissantes avec un premier gros crash après 300 mètres seulement entraînant une embardée dans un peloton excité et d'emblée décimé, dix voitures (après que les deux Arrows aient refusé de démarrer) ne franchissant pas le cap du premier tour. Rêve pour certains rescapés du chaos, cauchemar pour des victimes miraculeusement toutes indemnes, on se frottait les yeux pour y croire en attendant un second départ.

Mais il n'eut pas lieu, au grand regret des pilotes piquant un sprint en espérant sauter dans leur mulet. Malgré de nombreux débris jonchant la piste, la direction de course décida, contrairement à Hockenheim l'an dernier, de sortir la voiture de sécurité plutôt que le drapeau rouge. `Charlie Whiting a pris la bonne décision, estimait sportivement l'infortuné Ralf. La course ne doit être arrêtée que pour des raisons de sécurité. Dans ce cas-ci, cela ne s'imposait pas.´

DC boite, Monti déboite

EPA

Evitant adroitement l'accrochage du départ, David Coultard se faufilait en tête derrière la safety car mais devant l'étonnant Trulli, Montoya et un Michael Schumacher mal parti sur le côté sale de la piste après avoir loupé la pole pour 5 millièmes face à un équipier bien aidé par la pluie. Mais comme celle d'un Trulli (2e) résistant héroïquement à Schumi durant trois tours avant de craquer sous la pression et de taper - sans doute piégé par une tache d'huile - le rail, la joie du pilote McLaren-Mercedes allait être de courte durée. Au 11e tour, alors que la voiture de sécurité s'effaçait une seconde fois, le Britannique tirait tout droit dans l'herbe. `Je connaissais des problèmes de sélection de vitesses, expliquera plus tard l'Ecossais. `Au moment de rétrograder, je me suis retrouvé au point mort. Je suis reparti et j'ai essayé de remonter, mais les ennuis n'ont fait qu'empirer et j'ai finalement abandonné bloqué en sixième.´

Décapité dès le premier tour, ce Grand Prix d'Australie nous réserva finalement le duel que tout le monde attend cette saison entre le quadruple champion du monde Michael Schumacher et ce diable de Juan-Pablo Montoya. Mieux parti après des essais perturbés par la météo et... Fisichella, le Colombien commit une petite faute au 6e tour permettant à son ennemi juré de le doubler une première fois. Mais cinq boucles plus tard, c'était au tour de Schumi de virer un peu large. Rocky Montoya en profitait pour repasser au bout de la ligne droite et mener durant cinq tours. Avant de succomber définitivement sous les assauts répétés d'une Ferrari et d'un quadruple champion du monde bien trop forts ce week-end. Nous étions au 17e tour et la course était déjà finie, Schumacher s'envolant trop facilement vers son 54e succès.

`J'ai eu peur au 1er freinage"

Tout n'avait pourtant pas bien démarré pour le roi Michael. `Mon départ n'a pas été extra, avouait-il. Au premier freinage, j'ai vu des voitures voler dans tous les sens. J'ai eu peur et pour éviter les problèmes, j'ai décidé de couper un peu dans l'herbe. C'était la bonne décision. Ensuite, il y eut des bagarres intéressantes avec Trulli puis Montoya. En arrivant ici, je ne pensais pas pouvoir m'imposer. Mais les choses changent vite. C'est pourquoi je m'attends à plus d'opposition dès la Malaisie. Ici, nos pneus Bridgestone s'adaptant bien à une température exceptionnellement basse ont joué un rôle prépondérant.´

Le choix conservateur d'une F 2001 encore allégée et tout de même dotée de certaines évolutions (nouvel aileron, moteur plus puissant, nouvelle gestion électronique de la boîte) était donc le bon. Il a permis à Michael Schumacher de remporter sa cinquième victoire australienne, les quatre premières correspondant à autant de titres mondiaux...

Classement du Grand Prix d'Australie:

1. Michael Schumacher (All/Ferrari) les 307,574 km en 1 H 35:36.792 (moyenne: 193,011 km/h)
2. Juan Pablo Montoya (Col/Williams-BMW) à 18.628
3. Kimi Raikkonen (Fin/McLaren-Mercedes) à 25.067
4. Eddie Irvine (GBR/Jaguar-Cosworth) à un tour
5. Mark Webber (Aus/Minardi-Asiatech) à deux tours
6. Mika Salo (Fin/Toyota) à deux tours
7. Alex Yoong (Mal/Minardi-Asiatech) à trois tours
8. Pedro de la Rosa (Esp/Jaguar) à cinq tours

Pilotes:
1. Michael Schumacher (All) 10 points
2. Juan Pablo Montoya (Col) 6 pts
3. Kimi Raikkonen (Fin) 4 pts
4. Eddie Irvine (G-B) 3 pts
5. Mark Webber (Aus) 2 pts
6. Mika Salo (Fin) 1 pt

Constructeurs:
1. Ferrari 10 points
2. Williams-BMW 6 pts
3. McLaren-Mercedes 4 pts
4. Jaguar 3 pts
5. Minardi-Asiatech 2 pts
6. Toyota 1 pt

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be