Crash au décollage

Olivier de Wilde

Très attendu, ce premier départ de la saison aura été pour le moins explosif, dix monoplaces ne franchissant pas le cap du premier tour. Après avoir vu les deux Arrows calées sur la grille, les 127.000 spectateurs assistèrent au crash au décollage de la fusée Williams, l'infortuné Ralf Schumacher utilisant la Ferrari d'un Rubens Barrichello zigzaguant pour sauver sa première place comme rampe de lancement. Une spectaculaire envolée provoquant un incroyable carambolage au sein d'un peloton d'emblée décimé, huit monoplaces restant au tapis dans le premier virage, tandis que deux autres repassaient par les stands. Cette fois heureusement, le drame fut évité, tout le monde s'en sortant miraculeusement indemne, la course n'étant même pas arrêtée au drapeau rouge.

Tronqué, ce premier Grand Prix nous réserva néanmoins quelques belles passes d'armes. Le premier leader David Coulthard vite retardé puis éliminé suite à des ennuis de boîte, on eut droit aux belles résistances de Trulli (l'Italien partit seul à la faute) et de Montoya face à la remontée de la Ferrari du quadruple champion du monde. Mais une fois en tête, Michael Schumacher tua tout suspense en s'envolant de manière aussi spectaculaire que son jeune frère. Seul Kimi Raikkonen semblait en mesure de suivre son rythme infernal. Mais après un passage forcé par son stand pour changer de museau, le jeune successeur d'Hakkinen chez McLaren dut se contenter d'une remontée sur son premier podium, non loin de Montoya.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be