F1: Kimi s'est préparé à Bali

Philippe Janssens
F1: Kimi s'est préparé à Bali
©EPA

Troisième en Australie, le jeune Finlandais est fin prêt pour le 2e round

SEPANG Les cheveux hirsutes, le regard rond et l'air éternellement étonné comme le jeune poussin fraîchement sorti de sa coquille, Kimi Raikkonen en a surpris plus d'un, voici quinze jours, à Melbourne. Débarqué en Formule 1 voici un peu plus d'un an, le Finlandais a parfaitement réussi son examen d'entrée chez McLaren-Mercedes en lieu et place du plus illustre de ses compatriotes, Mika Hakkinen. Et tandis que ce dernier se rongeait les ongles devant son petit écran, le jeune dernier, lui, réussissait une course intelligente, pétrie de maîtrise et de sens tactique.

Dernier des rescapés après le carambolage du départ et un passage forcé par son stand, Raikkonen effectua une remontée efficace pour finir dans les échappements de la Williams-BMW de Juan Pablo Montoya et se hisser sur la troisième marche du podium, tout en ayant signé, au passage, le meilleur chrono en course.

Sa seule erreur dans l'enfer de Melbourne: une petite incartade dans l'herbe à sa sortie des stands. `J'avoue que j'y ai été un peu fort´, explique-t-il, après dix jours de remise en condition passés à Bali. `Lorsque je suis sorti des stands, les nouveaux pneus n'étaient pas encore tout à fait à température. Dans le premier virage, j'ai manqué d'adhérence. Cela n'avait rien de similaire avec les ennuis rencontrés par mon équipier. J'ai commis une erreur et j'ai encore beaucoup de choses à apprendre. C'est pour cela que je ne m'inquiète pas.´

L'inquiétude, un terme qui ne semble pas avoir d'emprise sur ce véritable bloc de glace. Ainsi lorsqu'on lui demanda s'il n'était pas impressionné d'être dans le sillage immédiat de Montoya, si près de la deuxième place, le regard se fit froid, imperturbable. `Non, bien sûr, je suis là pour ça. Rouler devant, gagner des courses: si j'avais été impressionné, je n'aurais pas pu terminer cette course correctement... Mais j'ai été beaucoup aidé par la deuxième sortie de la safety car. C'est ce qui m'a permis de refaire l'essentiel de mon retard sur le duo tête. Ensuite, je dois bien avouer que je suivais Montoya assez facilement. J'ai retardé d'un tour mon arrêt aux stands mais ce ne fut pas suffisant.´

Question de mieux se préparer pour le Grand Prix de Malaisie, le week-end prochain, l'ancien protégé de Jacky Eeckelaert a choisi de passer dix jours dans l'île indonésienne de Bali. `Mais ce ne furent pas vraiment des vacances, explique Iceman. Je m'y suis entraîné très dur afin de m'habituer à l'effort physique dans ces conditions particulièrement pénibles de chaleur et d'humidité. Ce sera vraiment indispensable si nous voulons optimaliser nos chances, ce week-end, en Malaisie.´

Un Grand Prix que le jeune Finlandais aborde en totale confiance. `J'aime beaucoup ce circuit. J'y ai d'emblée réalisé de très bons chronos la saison dernière. De plus, je crois qu'avec nos gommes Michelin, nous posséderons un léger avantage sur la concurrence..`

Quant à la pluie, comme elle s'abattit l'an dernier à l'heure du départ, elle n'inquiète plus trop McLaren. `La semaine dernière, Jean Alesi a effectué quelque 1.300 km en l'espace de trois jours sur le circuit du Castellet, conclut Norbert Haugg. Cela nous a permis de récolter pas mal d'informations pour aborder une course sous la pluie...´

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be