Michelin met la gomme

O. d.W.
Michelin met la gomme
©EPA

Coulthard a bien préparé son examen de rattrapage

SAO PAULO Vous connaissez la chanson du vendredi. Libres, les premiers essais comptent pour du beurre. Les McLaren-Mercedes ne monopolisaient-elles pas la première ligne à Sepang avant de se prendre une seconde en qualifs puis d'exploser leur moteur en course?
On évitera donc de tirer la moindre conclusion hâtive du meilleur temps réalisé hier par le lauréat de 2001, David Coulthard. D'autant que son tour bouclé en 1.15.075, à plus de 206 km/h de moyenne sur une piste sale et glissante, était toujours à 1.3 de la pole décrochée en 2001 par Schumi. Tout au plus, cela donnera-t-il du coeur à l'ouvrage au sein de McLaren-Mercedes. Derrière, les Williams-BMW de Montoya et Ralf Schumacher préparaient au mieux la course de dimanche. Les deux grands favoris de cette étape brésilienne encadraient un étonnant Allan McNish confirmant la bonne tenue des gommes Michelin dans la chaleur (30°C) et surtout les excellents débuts de Toyota. Pour la première fois au volant de la F 2002, Michael Schumacher se contentait provisoirement du 5e chrono, à une grosse demi-seconde de DC avec un temps réalisé en première séance, avant de se concentrer sur les réglages pour le GP. Tout comme Barrichello (7e à 3 dixièmes de son chef de file), frustré de ne pas disposer de la F 2002 et rappelé à l'ordre par Jean Todt, le quadruple champion du monde n'a pu éviter quelques fautes: un tête-à-queue le matin et une partie de tondeuse à gazon l'après-midi. Plus loin, on notait encore que Villeneuve (9e) était le seul pilote Bridgestone non-Ferrari dans le Top 10, que les Sauber et les Jordan avaient du mal à se mettre en évidence, tandis que Trulli (Renault) séparait deux Minardi pas trop larguées.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be