F1: Schumi victorieux au Brésil et en fin de saison?

F1: Schumi victorieux au Brésil et en fin de saison?
©EPA

On a coutume de dire que le pilote qui l'emporte à Sao Paulo est sacré à l'issue du championnat

SAO PAULO C'est donc l’Allemand Michael Schumacher sur Ferrari qui a remporté le Grand Prix du Brésil, troisième épreuve du Championnat du monde, ce dimanche sur le circuit d’Interlagos au Brésil.

Michael Schumacher, qui conforte son avance en tête du classement, a devancé son frère Ralf Schumacher (Williams-BMW) et le Britannique David Coulthard (McLaren-Mercedes).

Chaleur et collision

Le duel entre Montoya et Schumi s'annoncait aussi chaud que la température ambiante. Pour le Colombine, cependant, les choses devaient se compliquer au bout de quelques centaines de mètres seulement. Côte à côte avec Michael Schumacher, le Colombien devait céder. Mais, en voulant attaquer l’Allemand pour reprendre la tête, Montoya toucha la Ferrari etperdait son aileron avant.

Le pilote Williams voyait ses espoirs de victoire s’envoler rapidement. Arrêt au stand, changement de museau, Montoya repartait en 20e position, loin de la lutte en tête, de Michael Schumacher au commandement, de Barrichello revenu à un train d’enfer. Le duo Ferrari, sans doute plus léger en carburant, menait devant Ralf Schumacher, les deux Renault de Jarno Trulli et Jenson Button, et les McLaren-Mercedes de David Coulthard et Kimi Raikkonen.

Au 14e tour, les spectateurs se déchaînaient et se levaient pour acclamer l’enfant du pays. Barrichello venait de prendre la première place au quadruple champion du monde allemand. Une joie de courte durée. Trois tours plus tard, la malchance accablait à nouveau Barrichello qui ralentissait, avant de s’immobiliser sur l’herbe hors piste et d’abandonner.

Lutte fratricide

Pendant que la F2002 caracolait en tête devant Ralf Schumacher et que Trulli, Coulthard, Button et Raikkonen se livraient bataille, le bal des ravitaillements avait débuté, celui des abandons aussi avec ceux notamment de Frentzen (Arrows) et Panis (BAR-Honda). Montoya, lui, était remonté à la 9e place.

Il fallait attendre la fin du 38e tour pour voir Michael Schumacher rentrer au stand pour ravitailler, changer de pneus, nettoyer les radiateurs. Ralf, le frère, lui poursuivait sa route. Et, pendant que les ravitaillements se poursuivaient, une lutte fratricide s’engageait entre les Schumacher. La Williams-BMW grignotait dixième par dixième sur la F2002. Au 53e tour, 1 sec 4 dixièmes séparait seulement les deux frères, puis 4 dixièmes au 70e tour.

L’avantage était mince mais suffisait à Michael Schumacher pour imposer la nouvelle F2002 pour sa première apparition en Grand Prix, obtenir la 55e victoire de sa carrière et conforter son avance au Championnat devant son frère. Derrière, Juan Pablo Montoya avait profité des abandons de Jarno Trulli (Renault) et Kimi Raikkonen (McLaren-Mercedes) pour prendre la 5e place derrière Coulthard (3e) et Button (4e), le Finlandais Mika Salo (Toyota) inscrivant un nouveau point pour le constructeur japonais.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be