F1: `Williams est plus compétitif´

O. d.W.
F1: `Williams est plus compétitif´
©EPA

C'est Michael Schumacher qui l'affirme

IMOLA Traditionnel théâtre du premier Grand Prix européen de la saison, le Grand Prix d'Imola a rarement souri à Ferrari. En vingt et une éditions a casa, devant des tifosi plus enflammés encore qu'à Monza, les bolides rouges ne se sont imposés qu'à trois reprises. La première fois en 1982, voici vingt ans déjà, lorsque Pironi doubla son équipier Gilles Villeneuve dans le dernier tour lors d'une manoeuvre très controversée, quelques semaines à peine avant le drame que l'on sait à Zolder.

L'année suivante, c'est Patrick Tambay qui triomphait aux commandes de sa Ferrari Turbo. Ensuite, il fallut attendre seize ans pour voir Michael Schumacher imposer à nouveau le Cheval Cabré sur le champ de course d'Emilie Romagne.

Voilà sans doute pourquoi le quadruple champion du monde et leader actuel du championnat aborde le quatrième rendez-vous de la saison avec prudence. L'Allemand se souvient sans doute que l'an dernier, sur un circuit d'Imola entrecoupé de chicanes et de vibreurs à escalader vaillamment, sa progression avait été enrayée par des problèmes de freins, tandis que son frère Ralf s'envolait vers son premier succès en F 1. Un pilote Williams qui a terminé dans sa boîte de vitesses voici moins de quinze jours à Interlagos...

`Selon moi, les BMW-Williams seront plus compétitives que notre nouvelle F 2002 ce week-end´, estime le Baron Rouge comme pour déjà expliquer une éventuelle défaite. A moins qu'il ne s'agisse simplement d'une habile tactique, d'une flatterie de renard destinée à faire tomber le fromage du bec de ses adversaires. Ou à inciter les siens à mettre les bouchées doubles. `C'était déjà le cas ici l'an dernier. N'oubliez pas que si nous avons gagné d'un fil au Brésil c'est parce que, contrairement à nous, nos concurrents n'ont pas réussi à exploiter au mieux le potentiel de leur machine.´`Je crains plus Ralf´

Arrivé tard de Maranello où l'ensemble de l'équipe a inauguré hier matin le premier magasin Ferrari, Schumi a précisé son analyse: `Actuellement, les Williams bénéficient d'une meilleure vitesse de pointe. Mais nous pouvons compenser notre léger handicap de puissance grâce notamment à une meilleure répartition des masses ou de meilleurs réglages aérodynamiques avec notre nouvel aileron arrière, un des points forts de la monoplace 2002.´

Faisant mine d'ignorer ses récentes prises de becs avec Juan Pablo Montoya, le roi Michael a tenté de déstabiliser à sa manière le Colombien en désignant Ralf comme son principal rival pour la course au titre. `Je ne dis pas cela parce que c'est mon frère mais parce que prétendre l'inverse serait mentir´, a-t-il confié à un collègue britannique.

Et Montoya? `Il faut plus que deux ou trois belles manoeuvres pour être le nouvel homme à battre. Je ne tiens pas à le discréditer. Il possède de bonnes aptitudes. Mais d'autres pilotes dans le paddock m'ont plus impressionné que lui. C'est peut-être un bon. Il décrochera peut-être quelques titres, mais il faudra attendre deux ou trois ans pour le savoir.´

N'allez surtout pas le croire. S'il est bien un pilote que Michael Schumacher redoute, c'est ce diable de Juan Pablo. Mais il ne lui fera pas le plaisir de l'avouer car ce serait déjà perdre une partie de son pouvoir. Une fois encore, le n°1 a donc fermé la porte au nez de l'orgueilleux Juan Pablo. Tout cela se réglera-t-il encore en piste dimanche? On l'espère. Mais à la régulière cette fois...

ENVOYÉ SPÉCIAL EN ITALIE OLIVIER DE WILDE

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be