Pénaliser Schumacher!

St. L.

Ron Dennis et Mclaren mauvais perdants

MAGNY-COURS Outre le 5e titre de Michael Schumacher, l'autre fait marquant de ce Grand Prix de France fut le retour aux affaires de McLaren-Mercedes. Après un début de saison très difficile, où les flèches d'argent n'étaient plus que l'ombre d'elles-mêmes, elles ont montré de gros progrès dans la Nièvre. Aux essais, Kimi Raikkonen pouvait viser la première ligne de la grille de départ sans une petite faute dans son tour le plus rapide et, en course, les deux voitures donnèrent du fil à retordre à Schumacher (Coulthard réalisa d'ailleurs le meilleur tour). Le mérite en revient bien sûr en partie à Michelin, qui n'avait pas mis tous ses oeufs dans le même panier, Williams ayant utilisé une autre gomme que McLaren, apparemment moins compétitive en course.

C'est évidemment très bon signe pour les prochaines courses, qui ne devraient pas être archidominées par Ferrari, même s'il sera difficile d'empêcher Michael Schumacher de battre son propre record de 9 victoires en une saison (il en compte déjà 8 et il reste 6 courses à disputer). Pourtant, malgré ces bonnes nouvelles, Ron Dennis, l'intransigeant patron de McLaren, a trouvé matière à rouspéter quant à la manière dont Michael Schumacher s'est imposé hier. Selon lui, le champion du monde a dépassé son protégé Raikkonen sous drapeau jaune.

Une analyse qui se discute, effectivement, mais était-il vraiment nécessaire de jouer aux mauvais perdants un jour historique comme celui-là !? Evidemment, pour un homme qui a un jour prétendu `faire l'histoire de la F 1´, cette défaite est difficile à avaler. Pourtant, Kimi Raikkonen lui-même reconnaît son erreur. `Je n'ai pas vu l'huile sur la piste, c'est de ma faute, même s'il n'y avait aucun drapeau signalant sa présence, comme cela aurait dû être le cas.´

En virant au large à l'épingle d'Adelaïde, Raikkonen ouvrait en tout cas la porte à Schumacher, qui en profita. `Au début, je me suis demandé si on me pénaliserait pour dépassement sous drapeau jaune´, avouait ce dernier après avoir avalé quelques décilitres de Champagne. Mais l'erreur de Raikkonen étant évidente, les commissaires ont estimé qu'il n'y avait pas matière à pénalité.

© Les Sports 2002

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be