Saelens-Van Hooydonk: croix sur la Formule 1

Olivier de Wilde

Leur objectif: devenir pilotes professionnels

HOCKENHEIM Le signe ne trompe pas. Ce week-end, David Saelens et Jeffrey Van Hooydonk, que l'on présentait encore voici trois ans comme de sérieux candidats à la succession de Thierry Boutsen, seront les fers de lance de l'équipe Racing Team Belgium alignant deux Vertigo Streiff aux 24 Heures de Francorchamps. Chances de gagner la plus grande épreuve belge: nulles! Chances de franchir le drapeau à damiers: très faibles. Même dans leur pays, ils n'ont pas réussi à trouver le soutien nécessaire pour décrocher un baquet de pointe comme leurs ex-collègues de la F 3000 Piccini, Derichebourg, Gollin, Bourdais ou Leinders. Après avoir revendiqué la victoire à l'époque du Tourisme et de Peugeot et BMW officielles, ils ont accepté la seule offre qu'on leur ait faite. Un volant gratuit...

Récemment débarqué de l'équipe Minardi de F 3000 rachetée par Coloni, Saelens a sans doute vu ses ultimes espoirs de rouler en GP s'envoler avec les tracas financiers de l'écurie F 1 de son ami Paul Stoddart qui l'a plutôt à la bonne. Mais aujourd'hui, même si le non-qualifié Yoong devrait sauter, il sera certainement remplacé par un autre pilote argenté ou plus expérimenté. Or David n'a plus un franc. Résigné, il a mis sa fierté en poche et quitté Monaco pour se remettre à la recherche d'un emploi. `David doit oublier la F 1, confie son manager belge Didier Coton. Pour l'instant, je finalise un contrat pour lui l'an prochain. Plus en monoplace mais avec un constructeur.´ C'est-à-dire un statut de pilote professionnel et payé, sans doute, en DTM. `Il est temps que je rentabilise mes années de sacrifices et d'investissements, estime à juste titre le Flandrien. Je n'aurai pas raté ma carrière si je n'accède pas au sommet.´

En redescendant cette année en F 3 allemande après une année quasi sabbatique, Jeffrey Van Hooydonk, le plus jeune de la bande, a sans doute renoncé plus tôt à son rêve. `Le talent ne suffit plus pour aller en F 1. Il faut de l'argent. Beaucoup d'argent, confie le rouquin. J'ai tenté ma chance en F 3000 avec l'aventure Spirit of Belgium. Et même si cela m'a ruiné financièrement, je ne regrette rien.´

Ce week-end à Hockenheim, Jeff a quelque peu regoûté à l'ambiance de la F 1 en montant dimanche sur la plus haute marche du podium lors de la manche de F 3 disputée en lever de rideau du GP. Mais il ne rêve plus. `Je m'amuse ici avec le team Ghinzani désormais compétitif.´ Mais que peut encore espérer notre compatriote de 24 ans? `Mon objectif désormais est de gagner ma vie en pratiquant le sport automobile, ma passion. J'espère convaincre par mes résultats quelques sponsors de m'ai- der à continuer à rouler en monoplace, en F 3, en Nissan ou ailleurs. Mais des projets comme celui de la Vertigo me plaisent beaucoup aussi. Je suis ouvert à toutes propositions.´

Seul Leinders y croit encore

Le seul de cette génération à encore y croire un tout petit peu s'appelle Bas Leinders, actuellement deuxième du championnat espagnol Formula Super Nissan. Actuellement, le Limbourgeois, qui a aussi quitté la F 3000 sans succès, a encore le vent en poupe. Grâce à un nouveau manager (Marc Guiot) très motivé et un nouveau partenaire (Selexion Group, sponsor de l'équipe nationale de judo), Bas pilotera le week-end prochain une des Viper favorites de notre double tour d'horloge. Et vient de signer un accord de collaboration avec le club de football d'Anderlecht. `Il y a diverses voies pour aller en F 1. Regardez McNish qui a débarqué à 32 ans alors que l'on avait fait une croix sur lui. Dans ma tête, je n'y ai pas encore tout à fait renoncé, même si je sais que les chances sont faibles. Mais on ne sait jamais...´

`Le titre en Nissan nous donnerait droit à un essai gratuit en F 1 avec Minardi´, confirme le très optimiste Marc Guiot, patron du MG Racing. `Au fait, j'ai entendu que cette écurie était à vendre. Vous avez une idée du prix? Et Selexion appartient au même groupe que Panasonic, le principal sponsor de Toyota. Vous me suivez?´

Qui a dit que la F 1 ne faisait plus rêver...

© Les Sports 2002

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be