Une trêve bienvenue

Patrice Burchkalter

Ferrari continue sa période de rêve

HOCKENHEIM Les adversaires de Ferrari et de Michael Schumacher étaient abasourdis, groggy, au soir du Grand Prix d'Allemagne de Formule 1, dimanche à Hockenheim. Neuf victoires en douze courses pour le quintuple champion du monde, dix pour la Scuderia, le bilan est impressionnant. Déprimant pour la concurrence. `Dix victoires en une saison, Ferrari ne l'a réussi qu'une fois par le passé, en 2000. Nous continuons à vivre une période de rêve´, indiquait Jean Todt, directeur de l'équipe italienne.

Mais Ferrari ne veut pas en rester là. Car en cas de nouveau succès dans trois semaines en Hongrie, la Scuderia assurera définitivement son quatrième titre constructeurs consécutif à quatre courses du terme de la saison. `Nous avons quelques jours de repos devant nous et nous espérons ensuite gagner une autre fois à Budapest´, prévenait d'ailleurs Ross Brawn, le directeur technique de Ferrari.

Avant ce rendez-vous hongrois, la Formule 1 va, en effet, respecter une trêve... bienvenue. Non seulement pour les rivaux malheureux du quintuple champion du monde mais également pour l'insatiable Michael Schumacher. Le malheur de Williams-BMW, de McLaren-Mercedes, a voulu qu'au lendemain d'un cinquième sacre, Michael Schumacher arrive chez lui en Allemagne pour célébrer sa réussite, décuplant ainsi une motivation que beaucoup croyaient émoussée après un titre obtenu rapidement. `Je vais maintenant me relaxer en famille et recharger mes batteries pour le reste de la saison. Nous nous approchons de notre deuxième objectif, le titre des constructeurs´, déclarait l'Allemand.

Si la concurrence espère se `refaire une santé´ durant les quinze jours de vacances accordés à la F 1, elle ne doit pas s'attendre à voir Michael Schumacher revenir de cette trêve changé, moins affamé de succès. Au contraire. L'Allemand voit se profiler une saison exceptionnelle, la possibilité de battre les records du nombre de victoires en une saison (9), détenu conjointement avec Nigel Mansell, celui des points (123) qu'il détient depuis l'an passé.

Rien ne peut empêcher le quintuple champion du monde de tendre vers un but unique, la victoire. Rien, si ce n'est d'aider, si la possibilité lui en est donnée, son coéquipier Rubens Barrichello à obtenir la place de dauphin. La malchance semble cependant s'acharner sur le Brésilien, le Grand Prix d'Allemagne ayant une nouvelle fois été marqué par une accumulation de problèmes. Au départ d'abord quand Barrichello se rabattait in extremis sur le mulet, puis en course au ravitaillement quand la trappe du réservoir de sa Ferrari refusait de s'ouvrir. L'équipe italienne veut faire de 2002 celle de la domination absolue. En laissant peser une lourde menace, celle de poursuivre son insolente suprématie la saison prochaine encore, tant l'écart séparant Michael Schumacher et Ferrari de leurs rivaux est énorme.

© Les Sports 2002

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be