Pollock rachète la case de l'oncle Tom

Philippe Janssens
Pollock rachète la case de l'oncle Tom
©EPA

Il ne lui reste qu'à acquérir 20% de l'écurie Arrows

BRUXELLES La Formule 1, c'est toujours un peu Dallas. Son univers impitoyable. Un bocal aseptisé où les gros poissons mangent inévitablement les petits. Sans états d'âme. Depuis la disparition de l'écurie Prost Grand Prix, en fin de saison dernière, les petites écuries sont lancées dans une opération survie bien vaine. Alors qu'il s'était rué sur les restes de l'écurie française comme la petite vérole sur le bas clergé, Tom Walkinshaw est entré lui même dans l'oeil du cyclone. En proie à de graves difficultés financières, son écurie, Arrows, joue les SDF depuis plusieurs semaines. Des essais boudés, une participation minimale: le Grand Prix de France fut une véritable mascarade. Les pieds dans l'eau, Heinz-Harald Frentzen, à nouveau en contact avec Jordan, décida de quitter le navire fantôme voici dix jours.

Alors, Arrows à la trape? Tout le monde le croit. Et la F 1 se prépare, sans broncher, à la perte d'une deuxième écurie en moins d'un an. Face au drame, certains pourtant, ne cèdent pas à l'émotion. Craig Pollock est de ceux-là.

Arrivé en Formule 1 dans la poche révolver de son protégé Jacques Villeneuve, ce Bobby Ewing de la finance a déjà connu un parcours fulgurant. Manager de Villeneuve, puis patron de BAR qu'il créa sur la vieille carcasse de Sir Jack Tyrrell. Remplacé brutalement à la tête de son écurie par David Richards à la veille de la conférence de presse de présentation, en décembre dernier, le bellâtre helvétique prit le maquis. Avant de réapparaître aux côtés de son protégé.

Aujourd'hui, il s'avère que Pollock a d'ores et déjà racheté 80% de l'écurie Arrows. `J'ai commencé les discussions il y a quatre mois, expliquait-il récemment à nos confrères suisses du Matin. J'ai fait une première offre que j'ai ensuite retirée, car les chiffres donnés par Arrows ne correspondaient pas aux expertises que j'ai fait faire. J'ai été alors recontacté par Tom Walkinshaw et j'ai refait une offre jeudi soir. J'attends sa réponse. Je ne suis pas pressé. Parce que plus ça dure, moins ce sera cher ! Je ne pense pas qu'Arrows ait l'intention d'être au prochain grand prix si elle ne trouve pas de solution d'ici là. Et le prochain Grand Prix, c'est dimanche´.

En clair, Arrows est à l'agonie et Pollock attend patiemment que l'animal rende son dernier souffle pour la racheter au prix le plus bas. Mais pour en faire quoi? Voilà sans doute la vraie question. Une opération financière? Revendre la structure à un constructeur? Recréer une écurie pour le compte de partenaires? Allez donc savoir...

© Les Sports 2002

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be