F1: Barrichello partira devant son coéquipier

F1: Barrichello partira devant son coéquipier
©EPA

Rubens Barrichello occupera la première place sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie.Sa troisième pole de la saison

BUDAPEST Il aura son coéquipier Michael Schumacher à son côté en première ligne, dimanche sur le Hungaroring près de Budapest. Ce samedi, le quintuple champion du monde allemand n'a pas pu cette fois faire mieux que son coéquipier brésilien lors des qualifications courues par un temps ensoleillé (28 degrés) et devant un nombreux public.

"Rubens a fait du bon boulot et je n'ai pas réussi à faire mieux que lui. C'est aussi simple que ça", a déclaré Michael Schumacher après les essais. Barrichello a ainsi réalisé la troisième pole de la saison, la sixième de sa carrière. Comme prévu, personne n'a pu se mêler à la lutte avec les Ferrari, Ralf Schumacher (Williams-BMW), troisième temps, ayant été le seul à limiter l'écart (4 dixièmes) sur les monoplaces de la Scuderia, tous les autres, à commencer par Juan Pablo Montoya (Williams-BMW), Giancarlo Fisichella (Jordan-Honda) et Jarno Trulli (Renault) se trouvant relégués à plus d'une seconde et demi.

Pire pour les McLaren-Mercedes. David Coulthard et Kimi Raikkonen doivent se contenter de modestes 10e et 11e places sur la grille, juste devant les deux BAR-Honda de Olivier Panis et Jacques Villeneuve. Une fois encore, les Ferrari semblent imbattables. En position de force, avec le monopole de la première ligne sur un circuit où tout dépassement est pratiquement impossible, Barrichello et Michael Schumacher sont en tout cas idéalement placés pour offrir à Ferrari son quatrième titre des constructeurs consécutif.

C’est très agréable d’être en pole sur un circuit où il est compliqué de régler sa voiture, expliquait le Brésilien. Partir en tête me donne toutes les chances. Si Michael Schumacher sera confronté à un handicap au départ, à la fois face à son coéquipier mais aussi à son frère Ralf, l’Allemand n’en a pas moins gardé un atout, lui le fin tacticien. Ainsi le quintuple champion du monde n’a-t-il effectué ce samedi que trois de ses quatre tentatives afin de conserver un train de pneus neufs supplémentaire pour la course.

Il y a des choses que nous pouvons faire au plan stratégique et des arrêts au stand mais un bon départ sera crucial, prévenait toutefois Ross Brawn, directeur technique et maître tacticien de la Scuderia.
Dimanche cependant, Ferrari ne semble devoir compter que sur un seul véritable adversaire, Williams-BMW. Pour avoir complètement manqué leurs essais, les McLaren-Mercedes, David Coulthard et Kimi Raikkonen se sont mis dans une situation quasi insoluble.

C’est quelque chose que nous ne comprenons pas pleinement. On ne peut rien incriminer sur la voiture si ce n’est que nous n’en avons pas tiré le meilleur parti, constatait Ron Dennis, patron de McLaren. Même si l’équipe anglo-allemande venait à trouver une solution pour rendre ses monoplaces plus performantes, la tâche serait gigantesque étant donné le trafic, avec Fisichella (Jordan-Honda), les Renault (Trulli et Button) et les Sauber (Massa et Heidfeld) placés entre le duo Ferrari-Williams et les McLaren.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be