Ralf contre l'ennui

O. d.W.


Il a limité les dégâts

BUDAPEST Comme son frère Michael face auquel il s'inclina respectueusement au premier freinage et les millions de téléspectateurs, Ralf Schumacher a ensuite uniquement lutté contre... l'ennui. `A vrai dire, ce fut ennuyant, oui, car je me suis vite retrouvé isolé´, avouait le pilote Williams-BMW, revenu à hauteur de son équipier au championnat, 5 points derrière un Rubens Barrichello réalisant la bonne opération du week-end en passant de la 4e à la 2e place. `Mes gommes Michelin s'amélioraient au fil des tours mais pas suffisament pour pouvoir contrecarrer les Ferrari. La 3e place était raisonnablement le meilleur résultat que je pouvais espérer.´

Classé à un anecdotique 11e rang, Montoya ne pouvait pas en dire autant. Quatrième sur la grille, le Colombien perdit d'emblée trois places après une touchette avec un Button dont l'attaque se termina au bac au 31e tour. Victime d'un sous-virage intempestif après avoir pataugé tout le week-end dans ses réglages, le Sud-Américain se paya ensuite une incursion dans les graviers avant d'être poussé une nouvelle fois à la faute lors d'un duel perdu face à un Raikkonen audacieux et revanchard remonté de la 11e à la 4e place. Une réelle performance sur ce tourniquet où dépasser relève de l'exploit. Très rapides en course, les McLaren-Mercedes parties du milieu de grille vinrent finalement à bout de la Jordan de Fisichella et de la Sauber de Massa.

© Les Sports 2002

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be