La DH soutient Jérôme D’Ambrosio en F1

Olivier de Wilde
La DH soutient Jérôme D’Ambrosio en F1

Votre quotidien lance une campagne sur le thème : un Belge en F1, c’est important

Jérôme D’Ambrosio disputera, dimanche prochain au Brésil, son 19e Grand Prix de F1.

Le pilote de Grez-Doiceau deviendra ainsi, l’air de rien, le troisième pilote belge seulement après Jacky Ickx et Thierry Boutsen, à avoir bouclé une saison complète de Grands Prix.

Avec quel meilleur résultat ? Une quatorzième place en Australie et au Canada, le meilleur classement d’une Marussia-Virgin ne pouvant franchement espérer mieux cette année. Pour le reste, notre compatriote a soutenu la comparaison avec son expérimenté équipier Timo Glock.

Aux yeux de son team qui l’a répété maintes fois, mais aussi des spécialistes, notre travailleur, analyste et bon metteur au point, a démontré avoir assez de talent pour rester en F1.

Mais on sait aujourd’hui que cela ne suffit pas. D’autant qu’il ne reste plus que deux réels constructeurs engagés dans la discipline : Ferrari et Mercedes. Tous les autres teams à l’exception de Red Bull et de McLaren possédant leur propre filière ont besoin de sponsors, de gros budgets pour aligner leurs voitures.

Plus de la moitié du plateau est donc constituée de pilotes dit payants. Amenant avec eux le soutien d’un État, d’une des plus grandes fortunes du monde comme Carlos Slim ou de très grosses sociétés (en plus de son nom) comme Bruno Senna. Même le retour de l’ex-champion du monde Kimi Raikkonen dépend aujourd’hui du gros chèque d’une banque du Qatar.

Aujourd’hui, alors que Charles Pic débarque chez Virgin avec la valise de six millions du groupe français Lagardère, que faut-il pour que le livre F1 de Jérôme D’Ambrosio ne se referme pas définitivement ? De l’argent, du soutien de la part de son – de notre – pays.

Et que ceux qui le critiquant bêtement en se basant sur des résultats à la hauteur de son modeste matériel, imaginent un instant ce que Jérôme ferait au volant d’une Lotus-Renault ou d’une Force India. Il se battrait à coup sûr régulièrement pour les points car il n’est pas moins doué qu’un Di Resta, Petrov ou Bruno Senna. Il a souvent battu Kamui Kobayashi et Romain Grosjean à la régulière en GP2 chez Dams. Et au volant d’une Red Bull ? Il trusterait à coup sûr les podiums.

On ne demande pas de supporter la victoire. C’est trop facile de soutenir Henin, Gilbert ou Clijsters au sommet de leur gloire. Les partenaires les plus méritants sont sans doute ceux qui les ont aidés à atteindre le plus haut niveau.

Pourquoi a-t-on besoin d’un Belge en F1? Pourquoi ne veut-on plus attendre à nouveau dix-neuf ans avant qu’un de nos compatriotes ne nous représente dans le pinacle du sport auto? Parce que la F1 est un événement mondial, le plus regardé au monde après la Coupe du Monde de football ou les Jeux Olympiques. Sauf qu’ici, c’est tous les 15 jours. Cette année en F1, quatorze nations seulement étaient représentées. Dont notre petite Belgique grâce à Jérôme, le meilleur ambassadeur mondial de notre sport. Tout le monde ou presque connaît les noms des 24 pilotes de F1. Vous êtes plus d’un demi-million à suivre régulièrement les dix-neuf épisodes de la saison. Et encore plus depuis qu’un Belge fait partie des acteurs. Avec un petit rôle certes, comme les Alonso, Vettel ou Button à leurs débuts…

Pour resigner pour une deuxième année, pour récolter tous les fruits de son apprentissage, Jérôme, l’un des sportifs les plus médiatisés et les plus banquable comme disent les investisseurs, a besoin d’un levier financier. Que ce soit chez Virgin, HRT, Lotus ou Caterham, les baquets existent encore pour ceux qui en ont les moyens. Les milliardaires luxembourgeois de Gravity ont assez amorcé la pompe en investissant 7 à 8 millions sur notre représentant ces quatre dernières années. Il est temps que la Belgique dynamique prenne le relais. Que nos politiciens se (auto) mobilisent et ne se prennent plus la crise comme faux alibi pour justifier leur immobilisme. Il ne faut pas attendre… qu’il soit trop tard. Car les occasions de faire connaître notre pays de manière positive à l’échelon mondial ne sont pas nombreuses.

Soleco, une petite entreprise de panneaux solaires limbourgeoise a été la première à montrer l’exemple. On la félicite et elle s’en félicite aussi d’ailleurs.

Pour ne pas rester les bras croisés et devoir écrire dans deux ou trois mois que c’est fini, La Dernière Heure/Les Sports a décidé de soutenir son sportif. Comme elle le fait avec les Diables même quand ils ne se qualifient pas pour la Coupe du Monde ou d’Europe.

Pour montrer l’exemple, la DH va jouer son rôle de leader sportif en se mouillant cette semaine via une vaste campagne de soutien à JDA. N’hésitez pas à faire passer le message. La Belgique a autant besoin de son pilote que de son Grand Prix. Pour que le Brésil ne soit pas, dans six jours, le dernier GP de la carrière de Jérôme D’Ambrosio, il n’est pas trop tard. Mais il est grand temps de réagir. Come on Jérôme, allez la Belgique !



© La Dernière Heure 2011


Tous les résultats de la Formule1 en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be