(Dossier D'Ambrosio) Bob Geerkens: “Intéressé par le business to business”

(Dossier D'Ambrosio) Bob Geerkens: “Intéressé par le business to business”

Entretien avec Bob Geerkens, patron de Soleco, une société investissant sur JDA


BRUXELLES Chef d’une entreprise limbourgeoise de vente de panneaux solaires (Soleco) comptant dix-sept employés et réalisant un chiffre d’affaires annuel de 30 millions d’euros, Bob Geerkens nous explique pourquoi il a décidé de montrer l’exemple en investissant une bonne partie de son budget sponsoring sur notre pilote de F1.

Monsieur Geerkens, pourquoi avoir décidé de soutenir notre pilote de F1 ?

“Pour deux principales raisons. D’abord, nous souhaitions nous développer en Wallonie. Nous sommes une petite entreprise passionnée et motivée et l’on a trouvé en Jérôme un bon ambassadeur véhiculant les mêmes valeurs que nous. Ensuite parce que nous souhaitons nous internationaliser. Dans cette optique, la F1 constitue une plate-forme énorme. On sait que derrière Gravity, il y a les mêmes personnes que dans la société Genii Capital possédant beaucoup de relations et un incroyable carnet d’adresses. Ils vont nous aider à pénétrer les marchés bulgare, ukrainien ou russe.”

Mais à la base, vous êtes aussi vous-même passionné de sport automobile…

“C’est vrai. Quand j’étais gamin, je jouais sur mon go-kart et je me prenais pour Niki Lauda ou Mario Andretti. On a d’ailleurs déjà fait de petits sponsorings pour le rallyman Patrick Snijers ou la famille Derdaele en Belcar. Mais je ne suis pas seul à décider. Et j’ai convaincu mes collègues de l’importance du business to business. On aide les managers de Gravity en investissant un montant correct sur Jérôme et eux nous introduisent auprès de diverses personnes. C’est comme cela qu’on fait des affaires aujourd’hui en F1.”

La visibilité sur la F1 vous importe donc peu ?

“Ce n’est pas la priorité mais, bien sûr, c’est aussi important. Comme nous sommes arrivés tard (à Monza en septembre), nos logos ne sont actuellement pas très bien placés. Mais cela va changer en 2012. Nous avons une option pour les deux prochaines saisons avec Jérôme. Nous espérons bien sûr qu’il restera en F1 et espérons servir d’exemple pour d’autres sociétés.”

La F1 n’est pas très écologique pour une société vendant des panneaux solaires ?

“Moi je vois la F1 comme une université de l’industrie et de la haute technologie. Elle participe au développement des voitures actuelles consommant et polluant moins.”

Interview > Olivier de Wilde

© La Dernière Heure 2011


Tous les résultats de la Formule1 en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be