D'Ambrosio : “Garder ma place en 2012”

Olivier de Wilde
D'Ambrosio : “Garder ma place en 2012”
©BELGA

Jérôme D’Ambrosio se sent mieux armé qu’il y a douze mois pour rester en F1

BRUXELLES Après le bilan 2011 hier, il est temps aujourd’hui de songer à l’avenir. De quoi sera fait 2012 ? Notre compatriote gardera-t-il son poste de titulaire, chez Virgin ou ailleurs ? Deviendra-t-il réserviste un an comme Alonso ou Massa à leurs débuts ? Ou s’orientera-t-il vers une discipline moins coûteuse que la F1 ?

“Une seule chose est aujou-rd’hui certaine,” confie Benjamin Mignot, porte-parole de Gravity. “On ne le laissera, quoi qu’il arrive, pas tomber. Et en F1, rien n’est impossible...”

Et Jérôme, lui, qu’en pense-t-il ? À combien évalue-t-il ses chances ?

“Difficile à estimer. Mon sentiment actuel est que je me donne plus de chance d’y rester aujour- d’hui que d’y arriver voici douze mois.”

Fin 2010, vu son maigre palmarès en GP2 (moins bon que Charles Pic par exemple) et même si ses premiers essais avaient été concluants, son ascension ne dépendait quasi que des millions de Gravity et des bonnes relations entre son manager, Éric Boullier (Lotus-Renault), et le directeur sportif de Marussia-Virgin, John Booth.

Aujourd’hui, sa cote en F1 a grimpé. Et son année d’expérience vaut quelques millions pour des teams privés d’essais et dépensant des fortunes pour tenter d’évoluer et de gagner un petit dixième. “Mais ce n’est pas suffisant. Il faut néanmoins toujours apporter des budgets. On y travaille sérieusement.”

Cinq ou six millions pour toujours porter la lanterne rouge avec HRT ou Virgin ?

“Il existe aujourd’hui d’autres possibilités. Mais la logique voudrait, si c’est possible, que je joue la carte de la continuité avec Virgin. Il est clair que ni HRT ni Marussia-Virgin ne vont gagner cinq secondes durant l’hiver. Ces deux petites équipes disposant de nettement moins d’argent que les autres qui continueront à lutter pour la dernière place. Mais j’espère qu’elles ne seront plus qu’à une seconde du milieu du peloton. Qu’elles évolueront comme Lotus (Caterham) l’a fait cette saison. Elles termineront sans doute encore dernières mais plus à deux ou trois tours des leaders. Prêtes à profiter de la moindre opportunité.”

S’il rêve, comme tout pilote, de rouler un jour “chez Ferrari, une écurie mythique”, ses réelles possibilités pour 2012 sont Lotus-Renault (même si le champion GP2 Romain Grosjean avec le soutien de grandes entreprises comme Renault et Total tient la corde), mais surtout HRT et Virgin où tout espoir n’est pas mort.

“Mon principal vœu pour 2012 est de garder ma place en F1. Après, ce serait de marquer un point.”

Mais pour cela, il doit être soutenu par les grandes entreprises belges : “Personne ne doit bien évidemment me soutenir. Il ne s’agit pas d’une obligation mais d’une magnifique occasion à saisir. Avec l’impact de la F1, il y a moyen de toucher beaucoup de monde. La visibilité est énorme. Je vois cela comme une opération win-win.”

Même s’il n’est, hélas ! pas encore question de victoire pour Jérôme. Sinon les Belgacom, Interbrew, Electrabel feraient déjà la queue pour signer...



© La Dernière Heure 2011


Retrouvez un poster gratuit de JDA dans votre DH de ce vendredi


Tous les résultats de la Formule1 en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be