"Jérôme D'Ambrosio mérite une deuxième chance"

Olivier de Wilde
"Jérôme D'Ambrosio mérite une deuxième chance"

C’est l’avis de Jacky Eeckelaert, l’ingénieur belge développant la nouvelle HRT

BRUXELLES Des deux baquets de titulaires encore disponibles pour la saison 2012 de Formule 1 (Barrichello, Sutil et Bruno Senna se disputent le dernier volant Williams-Renault), celui de la modeste écurie espagnole HRT n’est pas le moins convoité. Ils sont une demi-douzaine sur le coup. Dont Jérôme D’Ambrosio.

Après des débuts difficiles mais plutôt convaincants chez Virgin, la lanterne rouge du peloton, notre compatriote vise une place dans l’autre moins bonne écurie du plateau.

Celle qui se battra pour ne pas être dernière. “On espère poursuivre notre bataille en queue de peloton avec Virgin. On peut difficilement viser plus haut”, explique l’Anversois Jacky Eeckelaert, nommé chef de projet pour la conception de la monoplace 2012. “Une toute nouvelle auto. Le châssis Dallara utilisé lors de nos deux premières saisons n’était clairement pas assez compétitif. On a donc construit dans les ateliers de Holzer (Allemagne) notre propre coque HRT qui sera toujours propulsée par un V8 Cosworth. Et dès les premiers tests dans la soufflerie Mercedes à Brackley où nous œuvrons deux semaines par mois, les résultats aéros étaient meilleurs que ceux obtenus par l’ancienne Hispania.”

La HRT version 3 devrait donc s’avérer plus rapide que sa devancière, mais l’ingénieur belge ne croit pas au miracle.

“On est partis d’une feuille blanche en septembre. Nous n’avons pas les moyens d’une grande écurie et le timing serré ne nous a pas permis de fantaisies. Il est impossible de réaliser en trois mois ce que nos concurrents font en six. Sinon cela signifierait que les autres sont des idiots.”

Rachetée par un groupe de banquiers hispaniques et désormais dirigée par l’ex-pilote de F1 Luis-Perez Sala, remplaçant de Colin Kollès, HRT a été délocalisée en Espagne. “Les nouveaux propriétaires ont décidé de déménager le team d’exploitation. Résultat : 90 % du personnel basé en Allemagne ne suivra pas. C’est regrettable car même si l’auto ne marchait pas, l’équipe commençait à bien tourner. Aujourd’hui, c’est un peu comme si on recommençait avec une nouvelle écurie.”

Avec l’expérimenté Pedro De La Rosa sorti de sa préretraite pour jouer les chefs de file. “Il est déjà venu en Allemagne voir l’évolution de l’auto. Je le sens motivé.”

Et quid de son équipier ? “Cela se négocie toujours. Je ne suis pas dans le secret des dieux. Mais j’ai parlé de Jérôme D’Ambrosio avec Sala. Je lui ai dit tout le bien que je pensais de lui. Il mérite clairement une seconde chance. J’aimerais travailler avec lui, mais ce n’est malheureusement pas moi qui décide...”

Quels sont les concurrents du Belge pour ce poste ? “Je ne crois pas que ce soit dans l’intérêt du team ni sa volonté d’aligner un deuxième Espagnol (ce qui élimine les candidatures d’Alguersuari et de Clos). Ni un autre pilote en fin de carrière (exit Barrichello). Quant à Liuzzi, il n’a pas vraiment confirmé. L’Italien a déjà eu plusieurs chances. Il possède bien un contrat 2012, mais il serait caduc car signé avec l’ex-patron Carabante. Nous recherchons plutôt comme deuxième pilote un jeune aux dents longues.”

Un profil auquel correspond D’Ambrosio. Mais il ne serait pas le seul. Les pilotes Lotus Renault GP 2011 Petrov et Senna seraient aussi sur les rangs. En F1, on se bat aussi pour les dernières places.


© La Dernière Heure 2012


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be