Le désordre chez Red Bull

Olivier de Wilde
Le désordre chez Red Bull
©AP

Plus qu’une consigne, c’est un pacte que Vettel n’a pas respecté

SEPANG Le break de trois semaines avant le prochain Grand Prix de Chine tombe à point nommé pour tenter de calmer les esprits dans le stand Red Bull après le hold-up de dimanche.

D’ici à Shanghai, beaucoup d’eau aura glissé sous la planche de surf de Mark Webber retourné en Australie pour se changer les idées et oublier le manque flagrant de fair-play de son équipier allemand. Depuis leur accrochage en Turquie, il y a deux ans, on savait que ces deux-là ne partiraient jamais en vacances ensemble. “On se respecte, mais c’est vraiment tout !” a confirmé le doyen du paddock après avoir été trahi, dimanche, en Malaisie, par Sebastian Vettel.

Mais pas sûr que cette estime a résisté au clash de Sepang. Un bras d’honneur aux consignes de l’Allemand, un doigt d’honneur en réponse de l’Australien, deux pilotes qui s’apprécient ne font pas ces gestes.

Qu’on soit bien d’accord: nous sommes les premiers à regretter que des consignes de team (jadis interdites de manière hypocrite) soient imposées dès le deuxième Grand Prix de la saison. Que ce soit chez Red Bull ou chez Mercedes.

Mais la F1 est ainsi faite, les enjeux sont trop importants pour prendre le risque d’un accrochage. “Et surtout la dégradation trop forte des pneus. Une lutte entre nos deux pilotes aurait pu favoriser le retour des Mercedes...” confie justement Christian Horner qui annonça donc, après le dernier pitstop de ses pilotes, “Multi 21”, un langage codé signifiant que les positions étaient figées et qu’il fallait diminuer le régime moteur. “Nous en avions discuté avant la course. Nous étions d’accord avec ce pacte de non-agression en fin de Grand Prix…” regrette, avec véhémence, l’échalas des antipodes. “Évidemment, Sebastian pensait que cela ne pouvait être qu’à son avantage...”

Pour marquer sa désapprobation, Christian Horner lança directement par radio à son triple champion un inhabituel “c’est stupide Seb”. Mais il ne lui ordonna pas de rendre sa position : “Parce que vous croyez qu’il l’aurait fait ?” rétorqua le Britannique après la course. “Il a clairement montré qu’il voulait gagner. C’était délibéré. Il a fait passer ses intérêts avant ceux du team. Il s’est excusé auprès de nous et de Mark. Que voulez-vous qu’on fasse de plus ? On ne va quand même pas le punir comme un enfant. On peut espérer après notre débriefing que cela n’arrivera plus.”

Et que Vettel rendra un jour, si l’occasion se présente, la victoire et les sept points volés à son équipier ? On peut l’envisager si le gamin, pas bête, se rend compte comme ce manque de sportivité a terni son image.

© La Dernière Heure 2013

Tous les résultats de la Formule1 en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be