"Renault devra gagner en 2020"

Entretien avec Frédéric Vasseur, le team principal de l’écurie au Losange.

Interview > Olivier de Wilde
(L to R): Stoffel Vandoorne (BEL) McLaren Test and Reserve Driver with Frederic Vasseur (FRA) Renault Sport F1 Team Racing Director. German Grand Prix, Saturday 30th July 2016. Hockenheim, Germany.
(L to R): Stoffel Vandoorne (BEL) McLaren Test and Reserve Driver with Frederic Vasseur (FRA) Renault Sport F1 Team Racing Director. German Grand Prix, Saturday 30th July 2016. Hockenheim, Germany. ©de coster
Entretien avec Frédéric Vasseur, le team principal de l’écurie au Losange.

Monsieur Vasseur, comment se déroule cette saison 2016 pour le retour de Renault ?
"C’est très difficile car la décision de reprendre Lotus a été prise très tard en 2015. La voiture 2016 était déjà dessinée et conçue pour un moteur Mercedes. On a dû l’adapter au V6 Renault. Mais cela ne marche pas comme cela. Dès lors, on a vite basculé sur 2017. Le processus de recrutement en F1 est très long. On a déjà engagé 120 personnes, mais certains ingénieurs clés débauchés ailleurs ne pourront pas commencer à travailler avant juin 2017. Pour concevoir l’auto 2018. C’est ma première année sans victoire en tant que team manager depuis 1994."

Quel est le plan pour Renault dans les prochaines années ?
"Carlos Ghosn a défini un programme hyper agressif puisque nous devrons être capables de viser les podiums en 2018 et de se battre pour la victoire à partir de 2020. Cela peut vous paraître loin mais Mercedes a mis cinq ans à gagner en partant d’une écurie championne du monde (Brawn), tandis qu’il a fallu six ans à Red Bull. Et regardez Honda où ils en sont après deux ans…"

Que pensez-vous de votre paire actuelle de pilotes ?
"Ils ont du mérite à se motiver autant pour rouler avec cette monoplace. Ils ont mon respect. Jolyon progresse bien. De toute manière, notre plus gros problème aujourd’hui ne vient pas des pilotes."

Renault intéresse visiblement pas mal de monde pour le futur ?
"C’est vrai que même si nous ne sommes nulle part aujourd’hui, les gens croient à notre projet. On cherche pour le futur le champion des années 2020. Les grands champions ont souvent été liés à une marque : Alonso avec Renault, Ferrari et Schumacher, Vettel et Red Bull ou Hamilton et Mercedes. On voudrait se reconstruire avec un jeune. On ne vise pas des résultats à court terme."

Pourrait-il être belge...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Tous les résultats de la Formule1 en live