Pas de Grand Prix de France de Formule 1 en 2023

l n'y aura pas de Grand Prix de France en 2023, a confirmé à l'AFP la Formule 1 jeudi, ne donnant ainsi pas suite au contrat entamé en 2018 pour des courses sur le circuit du Castellet (Var).

Belga
Pas de Grand Prix de France de Formule 1 en 2023
©AP

Le patron de la F1 Stefano Domenicali a par ailleurs affirmé, lors d'une conférence de presse mercredi, que les discussions continuaient avec le promoteur du GP de France et que l'épreuve pourrait à l'avenir entrer dans un système de rotation avec d'autres Grands Prix.

Max Verstappen a remporté le 24 juillet dernier le 62e GP de France devant Lewis Hamilton et George Russell.

Le GP d'Allemagne, qui a connu 64 éditions, n'est plus disputé depuis 2019, à l'exception d'une épreuve disputée au Nürburgring en 2020 en période Covid. Une retour en Allemagne est évoqué ainsi que la mise en place d'une rotation entre plusieurs Grands Prix traditionnels en Europe, moins rentables, qui ainsi ne disparaîtraient pas complètement.

"Les discussions sont très, très ouvertes pour un grand avenir et une possibilité, non pas l'année prochaine, mais à l'avenir, pourrait également être de trouver une sorte de rotation qui permettrait à chacun de faire partie du calendrier", a expliqué Le patron de la F1 Stefano Domenicali.

La France, tout comme la Belgique et Monaco, n'avait pas encore renouvelé le partenariat avec le championnat du monde pour 2023.

Si les deux autres Grands Prix cités ont encore une chance d'être au calendrier, la France dit donc au revoir à la F1, a indiqué la Formule 1 jeudi.

"J'ai vu une information selon laquelle la course de dimanche en Belgique sera la dernière, mais je serais très prudent sur ce point. Les discussions sont toujours en cours", a déclaré Domenicali avant le GP de Belgique ce week-end à Spa-Francorchamps.

Beaucoup de choses dépendraient en 2023 de la tenue des GP en Afrique du Sud et en Chine. Selon L'Equipe, le circuit de Kyalami aurait demandé plus de temps pour être prêt et la Chine impose toujours de strictes mesures sanitaires liées au Covid.

"Nous travaillons et discutons avec d'autres promoteurs pour voir s'ils sont prêts à s'engager pleinement pour l'année prochaine, mais l'objectif est d'arriver à un mélange de courses. Cela comprendrait un tiers en Europe, un tiers en Extrême-Orient et le dernier tiers en Amérique et au Moyen-Orient", a résumé Domenicali

Face à l'intérêt croissant pour la F1 et aux nouveaux standards financiers que représentent les nouveaux Grands Prix, "l'histoire ne suffit pas", a expliqué Domenicali, selon qui "la présence (des Grands Prix dits historiques, ndlr) ne peut pas être considérée comme acquise"


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be