Incident diplomatique lors de la remise des prix FIA

Echange public de piques entre Christian Horner (directeur sportif de Red Bull F1 Team) et le président de la FIA Mohammed Bin Sulayem

Une poignée de mains tendue entre Christian Horner (Red Bull) et le président de la FIA Mohamed Ben Sulayem lors de la soirée de remise des prix de FIA.
Une poignée de mains tendue entre Christian Horner (Red Bull) et le président de la FIA Mohamed Ben Sulayem lors de la soirée de remise des prix de FIA. ©FIA

La FIA a fêté ses champions 2022 vendredi soir à Bologne. Une soirée au cours de laquelle certaines tensions étaient toujours palpables entre Red Bull et le président de la fédération.

Au moment de la remise du trophée de champion du monde des constructeurs à Christian Horner, le président Mohammed Bin Sulayem a pris la parole et déclaré : « Ce trophée n'a rien à voir avec le plafond budgétaire. Cela a été payé par la FIA et donc cela ne sera pas compté dans les dépenses de l'écurie. »

Tentative d'humour ou tacle pour bien rappeler à tous l'affaire qui a terni l'image et la fin de saison de Red Bull jugée coupable d'avoir dépassé la limite budgétaire en 2021?

« C'est très gentil à vous, merci, »a d'abord poliment répondu le boss britannique avant de tacler le président à son tour.« Vous ne dites rien »lui a alors lancé le successeur de Jean Todt après avoir l'avoir provoqué. « Non, je ne dis rien, je suis juste content que Max ait décroché le titre au Japon même s'il y a eu un peu de confusion dans les points là-bas et qu'on ait pu obtenir le titre constructeurs une semaine plus tard aux Etats-Unis le jour après le décès de Dietrich (Mateschitz). Donc c'est un trophée très spécial... »

Stefano Domenicali a dû intervenir

Et toc, une habile petite pique en réponse tout de même à l'instance dirigeante.

Et le président alors de reprendre :« Premièrement, vous méritez les deux titres, pilotes avec Max et des constructeurs. Deuxièmement, vous avez mentionné Dietrich et je me souviens avoir disputé mon dernier championnat en tant que pilote aux couleurs de Red Bull. Enfin, vous avez parlé de la controverse des points au Japon, mais ce n'est pas la FIA qu'il faut blâmer. Nous n'avons fait qu'approuver des règles que vous les teams avez édictées. »

Une confrontation publique qui a obligé le patron de Liberty Media, Stefano Domenicali, à intervenir: « Ok ok les gars, restés concentrés. »

Et au final, le président sentant qu'il avait un peu plombé l'ambiance et porté un léger discrédit sur ce titre des marques de répéter : « Vous méritez ces titres »et de prendre le bras de Christian Horner pour l'aider à porter haut son trophée. Mais le mal était fait...

Horner :« Le titre de débutant de l'année à Toto... »

Un Horner qui, quelques jours auparavant, avait été invité sur scène à remettre le titre de« Rookie »de la saison de F1 lors des« Autosports Awards. ». Devant un public acquis à sa cause, Christian avait ouvert l'enveloppe qu'on lui avait donnée et déclaré : « Et le débutant de l'année est Toto... pardon Guanyu Zhou. »

Pas sûr que le patron de Mercedes F1 apprécie la moquerie et l'humour anglais.

Comme vous pouvez le constater en F1, on continue à poliment régler ses comptes jusque dans les remises de prix...

Ah oui, et à propos de comptes à régler, Mohamed Ben Sulayem a encore fait comprendre ces derniers jours qu'il a trouvé pas mal de « cadavres »dans les placards lorsqu'il a repris la présidence de la FIA des mains de Jean Todt voici un an, notamment un procès des concepteurs du Halo (un arrangement a été trouvé aujourd'hui) et un déficit de trésorerie estimé à 20 millions de dollars qu'il dit avoir éliminé entretemps dans des propos rapportés par le site F1i.

Tous les résultats de la Formule1 en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be