Formule 1

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull-Renault), triple champion du monde en titre, partira en pole position dimanche au Grand Prix d'Inde, 16e manche (sur 19) du Championnat du monde de Formule 1, à côté de son compatriote Nico Rosberg (Mercedes).

C'est la 43e pole position de Vettel en F1 et la 7e cette saison, même si le champion allemand, en quête d'un 4e titre d'affilée, a un peu mordu sur l'extérieur de la piste lors de son meilleur tour en 1 min 24 sec 119/1000, nouveau record absolu du circuit de Buddh.

"Je ne veux pas penser au titre, même si une personne sur deux dans le paddock m'en parle", a dit Vettel après cette nouvelle pole position, obtenue sans coup férir en bouclant deux fois moins de tours que la plupart de ses rivaux, notamment les pilotes Mercedes.

L'autre pilote Mercedes, le Britannique Lewis Hamilton, partira sur la 2e ligne aux côtés de l'autre pilote Red Bull, Mark Webber, dont l'équipe a choisi une autre stratégie: l'Australien partira en pneus medium dimanche, alors que les trois autres seront en pneus tendres, ceux qu'ils ont utilisés samedi à la fin des qualifications.

Le début de cette séance avait été marqué par l'élimination prématurée du Français Romain Grosjean (Lotus), seul pilote capable de déranger les Red Bull à Suzuka il y a 15 jours. Après deux podiums en deux courses, Grosjean a été victime d'une erreur de stratégie de son équipe, qui ne lui a pas mis de pneus tendres, et a terminé la Q1 au 17e rang, soit au premier rang des éliminés.

Gagné d'avance ?

Ce n’est déjà plus une info. Sebastian Vettel se succédera une nouvelle fois à lui-même cette année au palmarès du Championnat du Monde de Formule 1, l’Allemand décrochant un 4e titre comme seuls Juan-Manuel Fangio (5), Alain Prost (4) puis Michael Schumacher (7) l’ont fait avant lui dans l’histoire des Grand Prix.

Alors qu’il reste encore quatre courses à courir et 100 points à distribuer, le pilote Red Bull possède 90 unités d’avance. Autant écrire que même s’il devait se casser une jambe et ne plus courir, il serait encore couronné vu la méforme actuelle de la Ferrari de son ultime rival Fernando Alonso, victime d’un bris de boîte hier lors des premiers essais libres.

Décrocher définitivement le bonus de 5 millions d’euros promis par son équipe n’est donc plus qu’une simple formalité. Dans 90 % des cas, cela se produira ce dimanche sur le circuit de Buddh si l’Allemand termine dans le Top 5 ou, quoi qu’il arrive, si son adversaire espagnol ne finit pas dans les deux premiers. Mais le quasi quadruple champion du monde ne compte pas jouer les apothicaires. Pas question de calculer, de la jouer petits bras. Lauréat des cinq derniers GP et des deux dernières éditions de la course indienne, le pilote d’Heppenheim veut triompher et fêter son quatrième sacre en gagnant une nouvelle fois demain lors d’une course dont le départ sera donné à une heure inhabituelle (10h30) chez nous.

"Être certain de garder le numéro 1 serait, bien entendu, un grand soulagement pour moi parce que c’est ce pour quoi nous travaillons pendant toute l’année", a-t-il confié, très détendu, en conférence de presse. "Évidemment, nous sommes dans une position confortable. Mais je ne viens pas ici en pensant qu’il faut absolument que j’y arrive. Je ne me mets aucune pression. Je vais continuer le boulot tout simplement. À d’autres moments, j’ai préféré ignorer les chiffres et les statistiques parce qu’ils parlaient plus contre nous qu’en notre faveur."

La tactique de Vettel, déjà devant à deux reprises ce vendredi lors des premiers essais libres, est en fait toute simple : "L’objectif est de gagner la course et on sait que ce serait bon." Un Top 5, même, lui suffirait : "Je ne songe pas à cela car si j’assurais uniquement les dix points, cela dénuerait alors la course de tout intérêt."

Chose rare, preuve qu’il n’est pas superstitieux, le successeur de Schumi a même déjà consenti à anticiper sur un quatrième titre lui tendant les bras : "Je pense que je me sentirais aussi bien que lors des trois précédents. Bien sûr, c’est chouette pour nous d’avoir l’opportunité de plier rapidement le championnat. Si c’est ce week-end, tant mieux ! Sinon ce sera pour Abou Dhabi ou pour le Texas. Le lieu et la date d’obtention de mon couronnement n’ont que très peu d’importance. Le principal pour nous est de remporter les deux classements, celui des pilotes mais aussi celui des teams, avec Mark (Webber) et Red Bull."

Côté constructeurs, Red Bull pourra aussi sabrer le champagne dès demain midi si Ferrari ne lui reprend pas vingt points, et Mercedes pas trente. Autrement dit, sauf en cas de double abandon, on fera la fête à Milton Keynes.

Nico Rosberg, 2e temps des qualifications: "Je pilote vraiment à la limite depuis le début du week-end et je suis content de cette 2e place, elle montre qu'on a encore bien travaillé depuis vendredi. Nous avons essayé beaucoup de choses différentes pendant les essais libres, pour essayer de trouver un ou deux dixièmes de seconde au tour, et je me retrouve avec de bons réglages, grâce au travail de tous les gars. Je voulais être meilleur que les autres en qualifications, et finalement je suis en première ligne, grâce à la stratégie différente choisie par Mark (Webber). Ce sera dur dimanche en course, contre Mark, car sa voiture est plus rapide et il aura une stratégie différente (ndlr: en partant en pneus medium, au lieu des tendres pour Rosberg), mais on va tout donner. Pour notre écurie, le plus important c'est de marquer le plus de points possible pour assurer la deuxième place du championnat constructeurs en fin de saison".

Lewis Hamilton, 3e temps des qualifications: "Je suis content de cette 3e place car c'est un week-end difficile. J'ai du mal à trouver les bons réglages pour tirer le maximum de performance de ma voiture. L'équipe a fait du bon travail pour progresser depuis vendredi et je suis ravi pour tout le monde de voir que Nico et moi sommes dans le Top 3. J'ai fait un bon tour, même si j'ai dû perdre un peu de temps dans le dernier virage. Bien sûr, c'est demain qui va compter et la course sera difficile avec des stratégies différentes et des choix de pneus délicats. Nous allons essayer de prendre un bon départ, de nous débarrasser le plus tôt possible des pneus tendres et de nous concentrer pour attaquer le plus possible avec les pneus medium".