Formule 1 Ils sont de plus en plus nombreux à attendre l’arrivée des stars dès le mercredi.

Le Grand-Prix de Belgique de F1 se tiendra le week-end prochain, les pilotes resteront en Belgique cinq jours, pistés par des fanas de F1 comme Ysaline, Cindy et Réginald lancés à la chasse aux autographes et photos souvenirs. Une passion originale d’autant qu’à Spa sur le toboggan des Ardennes, seule la météo dicte sa loi : soleil, pluie et ciel couvert, tout y est possible simultanément dans ces lieux majestueux.

Aéroport

D’année en année, ils sont de plus en plus nombreux à attendre l’arrivée des stars dès le mercredi à la sortie de la porte d’aviation privée à Bierset ; le dimanche les équipes Ferrari et Toro Rosso embarquent ensemble dans un vol spécial vers Milan, accompagnées des seuls pilotes Toro Rosso ; l’endroit idéal pour une dernière pose-photo et les rencontrer, car les autres pilotes reviennent directement du circuit en hélicoptère pour embarquer depuis le tarmac sans être vus.

Hôtels

Spa est une ville d’eau et d’hôtels. Dans ces hôtels du centre ou du haut, à Balmoral, chaque équipe a ses habitudes et ses points de chute annuels. Les mêmes écuries logent donc dans les mêmes hôtels bien repérés, d’autant que les véhicules de chaque team sont bien visibles à l’extérieur. L’attente se déroule à l’entrée du garage souterrain du principal hôtel à condition que Kimi Raikkonen n’endommage pas sa Ferrari dans le tournant serré menant au parking, énervé de voir tant de foule guettant son arrivée tardive. On peut y rencontrer l’un ou l’autre pilote faisant son jogging. D’anciens pilotes logent aux portes du circuit dans deux hôtels prestigieux, dont l’un est affublé d’un héliport assez fréquenté et l’autre permet d’accéder à pied au virage de La Source.


Motorhomes

La tendance sur les circuits européens est l’hébergement de la majorité des pilotes dans de superbes semi-remorques motorhomes extensibles, garées ci et là autour du circuit. Tout l’art de la "clique à Ysaline" réside à repérer la localisation précise de ces pilotes, à en garder le secret, et à intercepter le pilote tôt le matin ou à son retour du circuit pour une petite séance de signatures et de poses photos. Bon nombre de spectateurs passent, en effet, sans le savoir, devant l’endroit où logent les pilotes.

Longtemps hébergés sur un parking du zoning industriel de Francorchamps, ils se sont tous regroupés - pour des raisons de sécurité - à proximité immédiate du circuit, près de l’ancienne gare de Francorchamps. Hamilton peut ainsi se rendre à moto au circuit, passant entre les files et le trafic. Le seul qui échappe toujours à tout repérage restant Vettel, loin de toute agitation, qui circule discrètement sur une Vespa immatriculée dans le canton suisse de Thurgovie et dont on feint d’ignorer le lieu précis d’hébergement.

Aux portes du circuit

L’endroit le plus facile pour apercevoir les pilotes reste le poste d’entrée vers les stands, la halte-barrière qui mène au tunnel passant sous le circuit en direction du parking des paddocks. Situé au croisement de la Route du Fagnou et de la rue du Fi, près du parking P.1 et de la police, l’endroit est le passage obligé des pilotes : idéal pour les voir s’ils sont eux-mêmes au volant, mais difficile pour les signatures car ils sont souvent en retard ou pressés, comme Kimi Raikkonen qui n’hésite pas à se faire escorter depuis Spa, sirènes hurlantes, par la Police.

Des surprises ?

Se trouver face à Jenson Button dans un restaurant, aux côtés de David Coulthard dans une friterie, de Damon Hill dans une pizzeria, de Lewis Hamilton à la sortie d’une villa ou de Frank Williams sur un parking, les anecdotes ne manquent pas. Les contacts se nouent, le dialogue se crée, et les pilotes reconnaissent leur fan-club et apprécient de retrouver leurs supporters.

Chaque année, Cindy et Ysaline font signer aux pilotes les selfies de l’année précédente ; par contre Réginald, grand collectionneur d’automobiles miniatures, se fait dédicacer les maquettes et reproductions des F1 pilotées par ses idoles. Ce petit monde s’échange ses tuyaux, ses secrets, ses bons plans et bien que ne se voyant qu’une fois par an, continue à rester en contact toute l’année, trop heureux de se retrouver l’année suivante.