Sale coup de froid dans le clan Brawn avec un Button 5e devant un Barrichello très fâché

NÜRBURG "On a fait aujourd'hui une belle démonstration de comment perdre une course. J'ai fait tout ce que je devais pour gagner. J'étais en tête au premier virage et durant les quatorze premiers tours, mais ensuite l'équipe m'a pour ainsi dire fait perdre le Grand Prix. Je suis vraiment fâché. Je ne veux qu'une chose : prendre l'avion et retourner chez moi sans devoir écouter tout le bla-bla du team."

Fou-furieux , Rubens Barrichello a laissé, à chaud, éclater des mois, voire des années de frustration face aux caméras de télévision. "Si l'on continue ainsi, on va perdre les deux championnats, et ce sera terrible."

Une réaction disproportionnée et des propos injustifiés. Certes, sans un problème de tuyau d'essence lors de son second arrêt, le Brésilien aurait terminé devant son équipier et aurait pu briguer la troisième marche du podium face à son compatriote Massa, lequel ruina d'ailleurs plus sa course que Brawn, dont le patron restait zen : "Rubens n'était pas assez rapide pour gagner la course aujourd'hui. On ne s'impose pas en signant le 11e meilleur tour en course. Enfin, Rubinho reste un bon team player. Ce ne sont pas quelques signes de frustration qui vont ruiner notre bonne entente."

Le fait est que les monoplaces blanches et jaune fluo n'étaient tout simplement pas assez rapides ce week-end. Comme à Silverstone voici trois semaines, les Brawn ne sont jamais parvenues à faire monter leurs pneus mediums en température. Au point de devoir étrangement zigzaguer en lignes droites durant le GP comme si elles étaient en panne d'essence ou dans le tour de formation.

Et si Barrichello et Button ont fait illusion en qualifications et au départ, c'est seulement avec très peu d'essence et des pneus super-tendres. "La météo hivernale ici nous a contraints d'opter pour une stratégie à trois arrêts qui n'était pas la bonne ", reconnaissait un Jenson Button gardant son flegme britannique.

"Le problème du tuyau d'essence de mon équipier m'a aussi fait perdre du temps, car je me suis retrouvé derrière Rubens qui me bloquait. J'ai pu le passer lors de notre dernier pitstop, récupérant ainsi la place que j'estime avoir perdue par rapport à Rosberg."

Avec 21 points d'avance sur Vettel, Button ne dramatise pas : "J'ai hâte de retrouver la chaleur hongroise. À Budapest, avec quelques évolutions, nous devrions pouvoir riposter face aux Red Bull."



© La Dernière Heure 2009