Le tribunal de Munich a annoncé qu'il déciderait mardi après-midi s'il accepte d'abandonner les poursuites pour corruption visant le patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone contre un paiement proposé de 100 millions de dollars, approuvé par le parquet.

"Cette proposition doit être débattue dans son ensemble par la chambre, c'est ce qu'elle va faire jusqu'à 13h00", a déclaré mardi matin Peter Noll, le magistrat qui préside cette audience.

Un quotidien allemand avait affirmé dès samedi qu'Ecclestone avait négocié avec le parquet un accord pour un paiement de 100 millions de dollars (74 millions d'euros) contre l'arrêt définitif de son procès à Munich. Le parquet a annoncé officiellement mardi matin qu'il soutenait cet accord. Le représentant du parquet a justifié son accord en invoquant notamment "l'âge avancé du prévenu" et "la longue durée de la procédure".

La justice allemande reproche à Bernie Ecclestone, 83 ans, d'avoir versé 44 millions de dollars de pots-de-vin en 2006 et 2007 au banquier de BayernLB Gerhard Gribkowsky pour permettre la vente des droits de la F1, détenus par la banque bavaroise, au fonds d'investissement CVC Capital Partners, qui avait ses faveurs.

La loi allemande prévoit la possibilité d'un abandon des poursuites contre le paiement d'une somme d'argent, y compris après le début du procès. Mais la possibilité de ce type d'accord dans le procès Ecclestone a suscité la polémique, une grande partie des médias et plusieurs personnalités politiques s'étonnant de l'existence de cette forme de "blanchiment judiciaire", selon l'expression du quotidien Süddeutsche Zeitung.

Si le tribunal accepte sa proposition, M. Eccestone s'épargne le risque d'une condamnation, levant du même coup l'incertitude pesant sur son avenir en Formule 1. Mais paradoxalement, la défense cherche à monnayer un abandon des poursuites alors qu'Ecclestone n'a cessé de nier les charges contre lui.