7e victoire de la saison, la 11e de sa carrière, et 16e podium sur 21 départs pour le champion GP2 en stand by chez McLaren au cas où Alonso…

Stoffel Vandoorne a terminé sa carrière en GP2 sur trois records en décrochant, samedi à Abou Dhabi, sa 7e victoire de la saison (Pastor Maldonado en comptait 6) portant ainsi son nombre de podiums à 16 sur 21 départs et son total de succès en GP2 à 11 (pour 10 en 4 saisons pour le Vénézulien).

"C’est incroyable, cela prouve bien que l’on a dominé la saison d’un bout à l’autre," a déclaré un champion très joyeux.

Le lendemain, le championnat s’est terminé en queue de poisson. En pole, Pierre Gasly a complètement loupé son envol avant de partir en tête-à-queue à la sortie du premier virage entraînant derrière lui un carambolage (heureusement sans dégâts corporels) impliquant cinq monoplaces. La course était arrêtée au drapeau rouge avant d’être annulée faute de temps suffisant pour réparer les rails avant la F1.

Game over dès l’extinction des feux où il cala, Stoffel Vandoorne n’aurait de toute manière pas pu améliorer son score. Il termine donc sa saison de folie avec 341,5 points soit 160 de plus (près du double) que son dauphin Alexander Rossi.

Quant à la question de savoir s’il roulera en Super Formula en 2016, rien n’est encore décidé mais c’est aujourd’hui la solution la plus probable.

Même si Ron Dennis a évoqué, ce week-end à Abou Dhabi, la possibilité de voir Fernando Alonso prendre une année sabbatique en 2016 au cas où la MP4-31 ne serait pas encore à un niveau acceptable pour le double champion du monde.

"Vous n’êtes jamais sûr de rien dans la vie", a répondu à cela l’Espagnol. "On a parlé de choses folles avec Ron. Mais aujourd’hui mon but est bien de rouler la saison prochaine. J’ai confiance en Honda et dans les progrès qui seront réalisés d’ici à février à Barcelone."

Dans le cas contraire, le réserviste belge pourrait toujours sauter dans l’auto et assurer l’intérim tant que la McLaren n’est pas capable de jouer les podiums.

"C’est pour cela que je veux absolument rouler, au Japon ou ailleurs. Pour être dans le rythme, prêt à saisir la moindre opportunité", a déclaré notre compatriote qui participera aux douze heures d’essais Pirelli F1 disputés à huis-clos (sans la présence des medias donc), ce mardi à Abou Dhabi.