C'est le signe d'un retour à une certaine normalité. Après que le Mugello ait accepté un nombre ultra-limité de spectateurs pour le Grand Prix de Toscane, les prochains Grands Prix verront les spectateurs revenir progressivement sur les circuits. Voilà une nouvelle qui va faire plaisir à de nombreux pilotes qui regrettent l'absence des fans dans les tribunes pour mettre l'ambiance.

Il était acquis depuis un moment que le Grand Prix de Russie serait la première course du calendrier marquant un retour réel des spectateurs. Ainsi, 30.000 seront acceptés tous les jours à Sotchi pour voir les 20 acteurs du championnat du monde de Formule 1 en action. "Les conditions pour la course de cette année ont été formées en accord avec toutes les demandes et les recommandations", ont indiqué les organisateurs de l'épreuve russe.

A l'occasion du Grand Prix d'Émilie-Romagne qui marque le grand retour de la Formule 1 à Imola, un nombre exact de 13.147 spectateurs seront acceptés autour de l'Autodromo Enzo e Dino Ferrari. "Imola se réjouit de l’opportunité d’un retour relatif à une situation normale, car il y a plus d’espace que ce qui est nécessaire pour complètement suivre les règles sanitaires", précise Uberto Selvatico Estense, directeur du circuit. "C’est une belle opportunité de prouver au monde notre capacité à gérer une crise sérieuse avec une approche correcte et réfléchie."

Accueillant son premier Grand Prix de F1 depuis 2013, le Nürburgring pourra accueillir chaque jour un nombre de 20.000 spectateurs. Les places, disponibles uniquement via le site officiel du circuit, débutent à 200 euros pour le week-end.

A cela, il faut ajouter le Grand Prix de Turquie qui vise un nombre journalier de... 100.000 spectateurs présents sur le circuit d'Istanbul, tout en respectant les normes sanitaires. Encore faut-il que ce projet ambitieux soit confirmé.