Plus que jamais, il y a match en Formule 1. Il ne faut pas parler d’illusion puisque Max Verstappen et Lewis Hamilton sont réellement dos à dos à l’issue du Grand Prix de France. Pour la première fois depuis les belles années Vettel-Ferrari, le septuple champion du monde n’est pas dans un fauteuil. Et il sait que la menace néerlandaise est encore plus sérieuse que celle venue d’Allemagne en son temps.

Au championnat, Verstappen a pris un avantage grâce à sa victoire au Paul Ricard et porte son avance à 12 points face à Hamilton. Au nombre de victoires, c’est l’égalité parfaite avec trois succès de chaque côté. C’est au nombre de podiums que Max est également mieux loti puisqu’il compte un top 3 de plus par rapport à LH44. En fait, le Batave est monté sur tous les podiums de la saison jusqu’à présent, à l’exception de celui de Bakou. Hamilton a quant à lui loupé le tiercé de Monaco en plus de celui de la cité des vents.

Malgré son nom, le Red Bull Ring ne sera pas le circuit préféré des RB16B au cours des deux prochaines semaines. La piste située dans les collines de Spielberg est plutôt taillée pour les Mercedes avec des lignes droites, des gros freinages et peu de longues courbes rapides, ce dernier domaine étant chasse gardée de Milton Keynes. Si Hamilton remporte les deux Grands Prix à se tenir en Autriche, il pourrait reprendre la tête du championnat à Verstappen. Même si ce dernier finit par deux fois 2e, Hamilton lui reprendrait 14 unités grâce à ses deux victoires et redeviendrait leader de la compétition pour deux petits points. Max pourrait rester à égalité si, en plus de finir 2e par deux fois, il arrache le point du meilleur tour en course à chaque fois.

L’histoire rappelle cependant que la Red Bull n’est pas battue d’avance. On se souvient du GP 2019 où Verstappen a offert à Honda son 1er succès en F1 depuis la Hongrie 2006, sans oublier le final de l’édition 2020 où Alex Albon était en passe de gagner avant d’être jeté dans le bac à graviers par Hamilton.

Et Shovlin, le responsable de l’ingénierie de Merco, de conclure : "Pour battre RBR, il faudra gagner de la vitesse sur un tour et être parfaits dans nos pitstops."

Une victoire assurée des Benz ? Pas sûr, donc…