A près de 40 ans, l'Espagnol deviendra l'équipier du jeune Esteban Ocon

Fernando Alonso n'en a sans doute pas terminé avec la F1. « Je me sens motivé, prêt à relever un nouveau défi, » a-t-il récemment déclaré après deux années sans Grand Prix passées à remporter deux fois les 24H du Mans et un titre de champion du monde d'endurance.

Le coup de couteau planté par Daniel Ricciardo dans le dos de Cyril Abiteboul, l'Australien délaissant le team qui l'avait débauché à coups de millions pour partir chez McLaren... Mercedes début 2021, a blessé le patron de Renault Sport F1 dans son orgueil.

Le boss s'est senti trahi. Et se devait de réagir rapidement pour trouver un remplaçant digne de ce nom au « traitre » aussie.

Depuis quelques semaines déjà, la rumeur d'un retour de Fernando Alonso s'est répandue comme une traînée de poudre. Abiteboul en a d'abord souri, avant de laisser la porte ouverte. Mais il en avait marre de devoir démentir et nier l'évidence en envoyant les journalistes sur des fausses pistes comme celles de Romain Grosjean ou de Valtteri Bottas.

Alors dimanche en Autriche, il s'est adressé aux anciens du team d'Enstone en leur disant que le 2e pilote pour la saison 2021 serait annoncé ce mercredi. « Et qu'ils avaient déjà travaillé avec lui... »

Cela pourrait être Romain Grosjean, chez Renault en 2009 nous direz vous, mais selon la presse espagnole et la BBC, c'est bien le retour de leur champion 2005 et 2006, le dernier pilote à avoir imposé une Renault en F1 lors du GP du Japon 2008 à Fuji, qui sera officialisé ce mercredi. « Surveillez bien votre boîte à email ce mercredi vers midi, » ont été prévenus les journalistes de F1.

Il n'y a donc quasi plus de suspense. On ne ferait pas autant de tamtam pour annoncer Grosjean ou Zhou...

A bientôt 39 ans (le mois prochain), « Nano » qui avait quitté McLaren fin 2018 suite à deux très mauvaises saisons et après s'être bien occupé de notre compatriote Stoffel Vandoorne au passage sera donc plus que probablement de retour en 2021. Voire même peut-être avant, la possibilité de le voir remplacer Daniel Ricciardo dès la mi-saison ayant été envisagée.

Esteban Ocon devra se méfier de l'arrivée de ce vieux briscard charismatique tirant toujours la couverture à lui et champion du monde de la politique dans les couloirs.

Maintenant, au-delà du buzz médiatique, nous ne sommes pas convaincus du tout que ce soit le bon choix, ni pour Renault ni pour Fernando Alonso qui s'est déjà cassé les dents en relevant le défi McLaren-Honda.

Miser sur un jeune de la Renault Driver Académy, soit le Chinois Guanyu Zhou, en pole le week-end dernier en F2, soit le prometteur Danois Christian Lundgaard aurait été un audacieux pari sur l'avenir. Et les Max Verstappen, Charles Leclerc ou justement Esteban Ocon ont démontré récemment qu'on pouvait faire confiance aux jeunes. On attendra donc Fernando comme le messie. Mais il a déjà montré à Woking que les miracles en F1 cela n'existe pas...