Raikkonen et Massa ont perdu gros

Le classement du championnat du monde

MONZA Un an après l'ultime victoire - la 5e à Monza - et les adieux annoncés de Schumi, les tifosi sont repartis déçus, hier, de l'Au- todromo. Une 3e place de Raikkonen et un abandon précoce de Massa (suspension) : on était loin de l'objectif de doublé fixé par le président Di Montezemolo.

Larguées aux essais, les F2007 n'ont jamais été en mesure de rivaliser en course avec les McLaren-Mercedes. Quinze jours après un fantastique doublé redonnant espoir à toute l'équipe, les Rouges n'ont plus été que l'ombre d'eux-mêmes.

La faute à une monoplace au comportement très instable (sur les vibreurs et au freinage) avec des suspensions plus souples et peu d'appui. "D ès le Canada, nous savions que la partie ne serait pas facile ici, avouait un Iceman surpris dès les essais par le décrochage d'une monoplace finissant sa course dans le mur de pneus. Obligé de prendre le mulet, le Finlandais tenta un coup de poker en optant pour une stratégie à un seul arrêt (contre deux pour les McLaren), mais "cela n'a rien changé. McLaren était plus fort ici, avouait un Nordique reconnaissant avoir souffert. "Ce fut dur. J'avais mal au cou en raison de ma sortie de la veille. Surtout lors des freinages. Je n'aurais pu résister à Lewis. J'ai préféré préserver mon moteur pour Spa où nous serons à nouveau compétitifs."

Désormais troisième, mais à 18 unités d'Hamilton, Kimi Raikkonen a sans doute vu ses dernières chances de titre s'envoler... "Tant que ce sera mathématiquement possible, je continuerai à y croire, lance-t-il néanmoins machinalement.

Seule consolation au terme de ce week-end à oublier au plus vite pour le Finlandais et Ferrari : avec cinq points d'avance sur son malchanceux équipier, Kimi est désormais clairement le leader virtuel de l'équipe. Et des consignes pourraient être données en sa faveur dès Francorchamps, dimanche prochain.