Ferrari puis Renault ont annoncé le maintien de leurs appels respectifs dans des communiqués mardi soir, puis un porte-parole de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), le régulateur de la F1, a confirmé l'appel de Racing Point à l'AFP. Une date d'audience doit désormais être annoncée par la Cour d'appel internationale de la FIA.

En tout cinq écuries (Ferrari, Renault, Williams, McLaren et Racing Point) avaient fait connaître leur intention de faire appel samedi et avaient 96 heures pour confirmer. McLaren et Williams ont finalement indiqué mercredi avoir changé d'avis.

Renault est à l'origine de la réclamation contre Racing Point, qu'elle accuse d'avoir copié sur Mercedes ces pièces essentielles au refroidissement du système de freinage et à l'aérodynamique des monoplaces.

Les commissaires lui ont donné raison vendredi mais n'ont pas déclaré les écopes visées illégales, ce qui permet à Racing Point de continuer à les utiliser. L'écurie s'est tout de même vu retirer 15 points au championnat du monde des constructeurs et infliger une amende de 400.000 euros.