Les Williams, McLaren et Renault sont-elles armées pour contrer Schumi?
Toute la F1 en direct sur dhnet
MELBOURNE Son casque vissé dans la main droite et déjà dans sa combinaison d'un rouge toujours aussi flambant, Michael Schumacher a pénétré l'enceinte de l'Albert Park sur le coup de 14h ce jeudi. Avec sûrement en tête un septième sacre mondial. «Je suis plus motivé que jamais et même si elle a, durant l'hiver, peu roulé, notre nouvelle F 2004 m'a déjà donné pas mal de garanties qui me permettent de dire dès aujourd'hui qu'il faudra être très, très fort pour nous déloger de notre trô- ne!» clame déjà le champion allemand. Le concurrence, justement, parlons-en. Voyons quelles sont les armes que les écuries Williams, McLaren et Renault recèlent actuellement en leur possession pour s'en aller titiller la Scuderia.

WILLIAMS

Juan-Pablo Montoya et Ralf Schumacher ne cessent de le répéter: ils n'avaient jamais piloté une Williams aussi bien préparée avant un Championnat du Monde. Avec 14.000 km de tests derrière elle, la FW 26 attise la curiosité surtout à cause d'un museau dessiné très haut et court, que deux dérives prolongent en supportant l'aileron avant, et qui semble déjà témoigner de l'agressivité dont l'écurie de Grove est animée.

16 pages spéciales dans votre DH numérique


«La concurrence est si dynamique qu'il faut parfois prendre quelques risques techniques!» fait noter Gavin Fisher, le chief designer de chez Williams. Quant au patron, Frank Williams, il se voit bien prendre la succession de Ferrari et rafler les victoires en GP à gogo. Reste à voir comment l'ami Frank va gérer un Montoya qui s'est déjà accordé avec McLaren pour 2005 et un Ralf Schumacher avec lequel il rencontre de gros soucis dans le cadre de la prolongation de contrat. «Nous sommes prêts à remplacer nos deux pilotes l'an prochain!» précise d'ailleurs à ce propos Patrick Head, le directeur technique.

MCLAREN

Soyons franc: que Kimi Raikkonen ait pu, l'an passé, batailler jusqu'au bout pour le titre avec la voiture 2002 relevait du miracle. Qu'en sera-t-il cette année avec la nouvelle MP 4/19? Le Finlandais, qui n'est pourtant pas un géant, s'était plaint il y a quelques semaines de l'étroitesse de l'habitacle et on a dû procéder à la reconstruction d'une seconde aile postérieure. Mais l'ennui majeur semble se situer au niveau de l'étonnante fragilité du moteur Mercedes, au point que Raikkonen se montre pour l'heure très circonspect sur la possibilité de porter à terme un GP! Autre souci pour Ron Dennis: comment motiver valablement David Coulthard, vainqueur à Melbourne il y a un an, qui sait déjà qu'il ne fera plus partie de la maison l'année prochaine?

RENAULT

Après avoir été, comme dirait Flavio Briatore, les... derniers des premiers en 2003, les petits hommes bleus voudraient composer, à la fin de la saison 2004, la troisième force du championnat. Caractérisée par une aérodynamique assez sophistiquée, la R 24 s'appuie sur un moteur en V à 72° qui permet d'avoir un arrière-train très fin. En soufflerie, lors de la simulation d'un GP, la R 24 a su se révéler comme la plus rapide des écuries équipées de pneus Michelin. On verra ce que ça donnera sur piste dès ce week-end. Quant aux pilotes, si Alonso a fait davantage que ses preuves, Trulli, lui, doit encore convaincre Briatore s'il ne veut pas que son boss lui préfère Mark Webber dans un an.

© Les Sports 2004