Deux écrous de roues mal engagés ont ruiné le GP de Magnussen et Grosjean.

L’abandon, un tour après l’autre, des deux Haas à moteur Ferrari fut le seul fait de course à se mettre sous la dent en Australie lors d’un GP à nouveau soporifique. Comme souvent à Melbourne sur un circuit où il est très difficile de doubler. Surtout avec des F1 aux performances de plus en plus proches.

Avec Mercedes, Ferrari et Red Bull dans un mouchoir, le spectacle devrait toutefois certainement être plus intéressant à Bahrein dans moins de deux semaines ou en Chine. Attendons donc encore un peu avant de tirer à nouveau sur la F1.

Mais revenons-en au tournant de ce premier GP, au cauchemar de l’écurie américaine Haas nécessitant le régime de voiture de sécurité virtuelle puis la sortie de la “safety car” pour dégager - trop lentement!- la monoplace de Romain Grosjean immobilisée à la sortie du 2e virage.

Que s’est-il donc passé juste après les “pitstops” pour les malheureux Kevin Magnussen et Romain Grosjean auteurs jusque-là de la course de leur vie puisqu’ils occupaient les 4e et 5e positions?

A voir les images (elles ont fait le tour du monde) du Français consolant un de ses mécaniciens complètement dépité, on pouvait bien imaginer qu’il s’agissait d’une “erreur humaine dans les deux cas”, a confirmé le directeur sportif Gunther Steiner. “Le problème est venu d’un écrou de roue mal engagé, une fois à l’avant gauche et l’autre fois à l’arrière gauche. Il s’agit pourtant des mêmes mécaniciens que l’an dernier. Ils ne sont pas débutants.”

Mais il s’agissait du premier GP de la saison, les hommes manquaient d’entraînement et, vu la position inhabituelle des voitures, la pression était énorme.

“Tout se joue en deux secondes et demi. Avec beaucoup de stress pour les gars. Nous avons eu pas mal de soucis vendredi en essais libres et le temps pour les essais de pitstops a été réduit. Cela nous a coûté très cher.”

Une amende de 10.000 euros et la perte sèche de 22 points potentiels et du meilleur résultat de l’histoire de l’équipe.

“C’est très dur à avaler de voir s’envoler un super résultat de cette manière, mais on se console en se disant que l’occasion se représentera,” tentait de positiver un Kevin Magnussen écoeuré. “On est tous des hommes, on commet tous des fautes. On a une super auto cette année, pour viser les points régulièrement. On va oublier ce triste épisode et se concentrer sur le GP de Bahrein où l’on prendra notre revanche.”

Avec toujours les mêmes mécanos aux pistolets. “Mais cette fois, on va bien s’entraîner,”promet Gunther Steiner.

Pour tenter de directement rectifier le magistral coup dans l’eau de l’Albert Park.Et confirmer que Haas est bien la quatrième force du plateau en ce début de saison.