Formule 1

La fin "surréaliste" des qualifications pour le Grand Prix d'Italie à Monza samedi a obligé les commissaires de course à réprimander trois pilotes, l'Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren-Renault), le Canadien Lance Stroll (Racing Point) et l'Allemand Nico Hülkenberg (Renault). Ces trois coureurs sont à l'origine du chaos ayant clôturé une séance de qualifications "invraisemblable" sur la piste italienne.

Les pilotes ont sciemment ralenti dans les dernières minutes des qualifications pour espérer profiter au maximum de l'aspiration des autres rendant la circulation très dangereuse sur la rapide piste de Monza. Ce "bazar", comme l'ont qualifié les pilotes, a fait ainsi l'objet d'enquêtes des commissaires de course.

"Tout le monde voulait profiter de l'aspiration, mais personne ne voulait rouler", a commenté Toto Wolff le patron chez Mercedes. "C'était tous des idiots sur une piste. C'est encore plus grave que dans une cour de récré."

Au moment de s'élancer pour leur deuxième et dernier essai pour la pole dans la troisième et dernière partie des qualifications (Q3), les neuf pilotes encore en lice ont en effet attendu le plus longtemps possible avant de sortir du garage.

Ils ont ensuite effectué leur tour de chauffe au ralenti dans l'espoir de bénéficier chacun de l'aspiration des autres pour gagner quelques précieux dixièmes.

Résultat, seuls l'Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren) et le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) ont passé la ligne de départ/arrivée en temps voulu pour effectuer ce fameux tour rapide. Les sept autres ont été privés de leur deuxième essai, laissant un goût d'inachevé à ces qualifications.

La direction de course avait déjà prévenu les pilotes de ne pas rouler aussi lentement si cela n'était pas nécessaire. Les réprimandes n'ont pas de conséquence sur les positions sur la grille de départ pour le départ dimanche.

Charles Leclerc s'est offert la pole position devant le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), leader du Championnat du monde.