Le pilote allemand de l'écurie Mercedes a réussi à inverser les rôles en reléguant Lewis Hamilton en deuxième place.

L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) partira en pole position du Grand Prix de Russie de Formule 1, sa 2e d'affilée, à côté de son coéquipier britannique Lewis Hamilton, après avoir réussi le meilleur temps des qualifications samedi, sur l'Autodrome de Sotchi.

Grâce à un chrono de 1 min 37 sec et 113/1000, Rosberg, déjà meilleur temps des derniers essais libres le matin, a devancé à la régulière, de trois dixièmes de seconde, son coéquipier anglais. Leader du championnat avec 48 points d'avance sur lui, Hamilton a avoué "une petite erreur dans le virage 13" lors de sa deuxième tentative pour tenter de finir la Q3 en tête.

"Je suis très content car c'est un week-end difficile pour tout le monde", a dit Rosberg après cette 3e "pole" de l'année, la 18e de sa carrière en F1. "On a très peu roulé en essais libres (gazole et pluie vendredi, accident samedi, ndlr). On manquait un peu de repères, donc il a fallu deviner quels réglages adopter. Je remercie mon équipe", a ajouté le vice-champion du monde 2014.

La deuxième ligne sur la grille de départ, dimanche à 14h00 locales (11h00 GMT), sera occupée par le Finlandais Valtteri Bottas (Williams) et l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari), soit exactement comme à Suzuka pour le GP du Japon remporté ensuite par Hamilton.

"J'ai l'impression qu'on a réussi à prendre la mesure des Ferrari ce week-end", a dit Bottas, médaille de bronze l'an dernier sur ce circuit olympique. "Désolé les gars, j'aurais dû finir devant Bottas", s'est excusé Vettel sur sa radio de bord, après une petite erreur pour laquelle il n'a pas cherché d'excuse, comme Hamilton.

Sur ce circuit toujours aussi neuf où la puissance des moteurs fait la différence, les blocs hybrides allemands ont fait la loi, comme prévu: les deux Flèches d'Argent, les deux Williams et les deux Force India seront sur les quatre premières lignes, avec les deux Ferrari.

Deux monoplaces équipées de moteurs Renault ont pu rentrer en Q3, pour la chasse à la pole position, la Toro Rosso de Max Verstappen, 9e, et la Red Bull de Daniel Ricciardo, 10e, mais pas celle du héros local, le Russe Daniil Kvyat. Il a été éliminé en Q2 avec le 11e temps, à un dixième seulement de Verstappen.

Pendant ce temps, à l'hôpital de Sotchi, le coéquipier de Verstappen, Carlos Sainz Jr, se reposait après son violent accident lors des derniers essais libres. Le jeune Espagnol, indemne, allait passer la nuit en observation. Il espérait samedi soir, sur son compte Twitter, être autorisé par les docteurs à courir dimanche. A suivre.