Le Britannique Lewis Hamilton, auteur samedi de sa 4e pole position d'affilée, la cinquième cette saison chez Mercedes et la 31e de sa carrière, a décrit cette performance comme "un vrai cadeau du ciel".

"Dans mon dernier tour, je suis sorti trop large du premier virage, puis mon tableau de bord m'a dit que j'avais beaucoup de retard sur le meilleur temps, entre trois et six secondes, que j'étais huitième, alors j'ai beaucoup attaqué dans la portion intermédiaire, mais mes deux derniers virages n'étaient vraiment pas bons, donc je ne pensais pas que j'avais fait un bon temps", a déclaré Hamilton en conférence de presse. "A la fin, je n'ai pas compris tout de suite, mais dès que j'ai passé la ligne j'ai cherché l'écran géant le plus proche et j'ai vu que toute l'équipe se congratulait, alors j'étais vraiment heureux. C'est un vrai cadeau du ciel, j'ai beaucoup de chance."

"J'ai l'impression de bien piloter, mais je pense que c'est déjà le cas depuis quelques années", a poursuivi le Britanniqe. "J'aime quand les conditions sont changeantes, car j'arrive en général à trouver les limites. J'essaie surtout de rattraper Sebastian (Vettel), car il a eu des résultats incroyables ces dernières années, et je suis très heureux qu'on soit si compétitifs, c'est un très beau résultat pour l'équipe. Vu les conditions, tout le monde était à la limite et la communication était la clé de la réussite, même si on a failli se faire éjecter en Q2, ce qui ne m'aurait pas fait plaisir du tout. Mais par la grâce de Dieu on est passés en Q3. Ils me demandaient comment était la piste, ils étaient tous très concentrés, et à la fin de la Q3 je continuais à attaquer pour faire un meilleur chrono que Sebastian, car je voyais que j'allais un peu plus vite que lui."

Dimanche, Hamilton s'attend à une bagarre avec les Red Bull de Vettel et Webber.

"Les Red Bull sont incroyablement rapides ici mais je pense qu'on peut quand même se bagarrer avec elles, surtout si on arrive à tirer le maximum de notre voiture. Les gars de mon équipe ont fait un travail fantastique pour apporter un bon +package+ ici et j'ai l'impression qu'on est tout près. Les Ferrari aussi m'ont paru rapides, surtout sur le sec, donc je ne m'attendais pas à ce qu'on soit devant tout le monde cet après-midi, s'il n'avait pas plu. Mais en fait je n'en sais rien. pour la course, je pense que Nico (Rosberg) a montré qu'on sera plutôt à l'aise sur les longs relais, j'ai fait aussi quelques bons tours en conditions de course. Je pense que ce sera serré mais on me dit qu'il va beaucoup pleuvoir...", selon Hamilton.

Lewis Hamilton auteur d'un tour canon

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) partira en pole position dimanche au Grand Prix de Belgique, 11e manche (sur 19) de la saison 2013 de Formule 1, à côté de la Red Bull-Renault de l'Allemand Sebastian Vettel, leader du Championnat du monde, au terme d'une séance de qualifications à suspense.

Dans les dernières secondes, en pneus intermédiaires sur une piste mouillée de bout en bout mais séchant peu à peu, Hamilton a réussi un dernier tour canon en 2:01.012, ce qui lui a permis de devancer Vettel de moins de deux dixièmes de seconde.

"Le timing était parfait, l'équipe a bien travaillé, et j'étais vraiment surpris quand j'ai vu que j'avais fait la pole, car mon dernier tour n'était pas si bon: je suis sorti très large du premier virage et mon tableau de bord me disait que j'avais beaucoup de retard, alors j'ai beaucoup attaqué dans le secteur intermédiaire", a réagi Hamilton, à chaud.

"Mes deux derniers virages n'étaient vraiment pas bons, donc à la fin je n'ai rien compris: c'est un vrai cadeau et j'ai eu beaucoup de chance", a ajouté le champion du monde 2008 chez McLaren, après sa 31e pole position en F1, dont cinq en 2013. C'est surtout la quatrième d'affilée après les GP de Grande-Bretagne, d'Allemagne et de Hongrie, où il a remporté fin juillet son premier GP dans une Mercedes.

Comme en Hongrie, Vettel partira à côté d'Hamilton sur la première ligne. "On a surtout fait confiance à la météo, car on pensait qu'il ne pleuvrait plus à la fin de la Q3 et que la piste allait s'améliorer. On a eu raison, tant mieux", a dit Vettel, "déçu de ne pas avoir fait la pole" mais pour qui "c'était quand même une bonne journée". Il s'attend à "des conditions similaires dimanche, avec du sec et du mouillé".

Le Français Romain Grosjean (Lotus) a signé le 7e temps de ces qualifications perturbées par la pluie, lors de cette Q3 dans laquelle Hamilton et les deux pilotes Red Bull, suivis de près par l'autre pilote Mercedes, Nico Rosberg, auteur du 4e temps, sont passés entre les gouttes.

Un autre Français s'est fait remarquer en tentant un pari risqué, dans la Q1: le débutant Jules Bianchi (Marussia), en pneus slicks, a réussi le 11e temps de cette première partie de séance et s'est qualifié ainsi pour la Q2, pour la première fois de sa carrière en F1.

Quant à Giedo van der Garde, venu en voisin de sa Hollande natale, il a signé un authentique exploit dans sa Caterham, lors de cette Q1 façon loto belge: un 3e chrono, suivi du 14e temps dans la Q2 suivante, ce qui lui permettra de partir dimanche en milieu de grille, devant de nombreux fans. Inespéré et encourageant.

Déclarations

Sebastian Vettel (GER/Red Bull), 2e temps: "On a surtout fait confiance à la météo, car on pensait qu'il ne pleuvrait plus et que la piste allait s'améliorer, en fin de séance. On a eu raison, tant mieux. A la fin, c'était très serré, je suis déçu de ne pas avoir fait la pole mais c'était quand même une bonne journée car dans ces conditions, tout pouvait arriver. Je n'étais pas sûr que mon premier tour en Q3 serait suffisant, et il s'est alors mis à pleuvoir beaucoup. Puis la piste s'est remise à sécher et on ne savait pas à quelle vitesse ça pouvait passer dans certains virages. En qualifications, les Mercedes sont très fortes et elles continuent. Lewis (Hamilton) a été très rapide dans la portion du milieu, il était juste derrière moi et je le voyais dans mes rétroviseurs. C'est quand même un bon résultat et tout est possible demain, car on s'attend aux mêmes conditions dimanche: du sec, du mouillé".

Mark Webber (AUS/Red Bull), 3e temps: "Dans ces conditions, c'est difficile de prendre les bonnes décisions, et facile d'avoir l'air stupide. On ne savait pas trop où on en était, une séance comme celle-là, émotionnellement, c'est comme des montagnes russes. On aime bien tout contrôler en F1, et quand ça se passe comme ça, tout le monde a vraiment un rôle crucial, le timing est encore plus critique, il y a beaucoup de pression et c'est facile de se rater. Spa est vraiment un circuit sensationnel, on a l'impression que même les voitures sentent qu'elles sont ici. Tous ceux qui ont été dessinés depuis ne sont pas à ce niveau. J'ai gagné ici en 1996 dans une Formule Ford et j'ai hâte de revenir l'an prochain dans ma Porsche (ndlr: dans le cadre du Championnat du monde d'endurance, le WEC)".

Propos recueillis en conférence de presse

Grille de départ:

1ère ligne:

1. Lewis Hamilton (G-B/Mercedes)

2. Sebastian Vettel (All/Red Bull-Renault)

2e ligne:

3. Mark Webber (Aus/Red Bull-Renault)

4. Nico Rosberg (All/Mercedes)

3e ligne:

5. Paul di Resta (G-B/Force India-Mercedes)

6. Jenson Button (G-B/McLaren-Mercedes)

4e ligne:

7. Romain Grosjean (Fra/Lotus-Renault)

8. Kimi Räikkönen (Fin/Lotus-Renault)

5e ligne:

9. Fernando Alonso (Esp/Ferrari)

10. Felipe Massa (Bré/Ferrari)

6e ligne:

11. Nico Hülkenberg (All/Sauber-Ferrari)

12. Adrian Sutil (All/Force India-Mercedes)

7e ligne:

13. Sergio Pérez (Mex/McLaren-Mercedes)

14. Giedo van der Garde (P-B/Caterham-Renault)

8e ligne:

15. Jules Bianchi (Fra/Marussia-Cosworth)

16. Max Chilton (G-B/Marussia-Cosworth)

9e ligne:

17. Pastor Maldonado (Ven/Williams-Renault)

18. Jean-Eric Vergne (Fra/Toro Rosso-Ferrari)

10e ligne:

19. Daniel Ricciardo (Aus/Toro Rosso-Ferrari)

20. Valtteri Bottas (Fin/Williams-Renault)

11e ligne:

21. Esteban Gutiérrez (Mex/Sauber-Ferrari)

22. Charles Pic (Fra/Caterham-Renault)